Le député Tony Tomassi démissionne

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Départ de Tony Tomassi

Accusé de fraude et absent de l'Assemblée nationale depuis plusieurs semaines, l'ex-ministre libéral Tony Tomassi a annoncé sa démission comme député de la circonscription de LaFontaine. Son départ est immédiat.

« Tout au long des années, j'ai représenté avec fierté les électeurs de LaFontaine et je suis reconnaissant de la confiance qu'ils m'ont réitérée à trois occasions depuis 2003. Dans toute circonstance, j'ai cherché à demeurer un député présent dans le comté, accessible et à l'écoute des citoyens », a expliqué M. Tomassi dans un bref communiqué.

En mai 2010, Tony Tomassi a été congédié de ses fonctions de ministre de la Famille après qu'il eut admis avoir utilisé à des fins personnelles, pendant qu'il était député, une carte de crédit de l'agence de sécurité BCIA, appartenant à son ami Luigi Coretti.

Jean Charest l'avait également expulsé du caucus libéral en plus de transmettre les informations pertinentes à la Sûreté du Québec. Tony Tomassi a été accusé, l'automne dernier, de deux chefs de fraude envers le gouvernement et d'un chef d'abus de confiance par un fonctionnaire public. Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés entre le 1er novembre 2007 et le 6 mai 2010.

L'ex-ministre libéral est toujours en attente de son procès. L'enquête préliminaire de M. Tomassi ne devrait pas avoir lieu avant l'automne prochain.

Les trois chefs d'accusation retenus contre Tony Tomassi

  • Entre le 1er novembre 2007 et le 18 décembre 2008, Tony Tomassi aurait accepté d'une personne en relation d'affaires avec le gouvernement une récompense, un avantage ou un bénéfice, commettant ainsi un acte criminel.
  • Entre le 1er juillet 2006 et le 18 décembre 2008, il aurait accepté de la firme BCIA, dont le président est Luigi Coretti, un prêt, une récompense, un avantage ou un bénéfice en échange de l'influence que M. Tomasi aurait pu exercer concernant la conclusion d'une affaire avec le gouvernent.
  • Entre le 1er juillet 2006 et le 6 mai 2010, il aurait commis l'acte criminel d'abus de confiance relativement à la fonction qu'il occupait au sein du gouvernement.

Avant que ne soient portées des accusations contre lui, M. Tomassi était déjà au centre d'une controverse en raison d'allégations de favoritisme dans l'octroi de places en garderie à des donateurs libéraux.

Invisible à l'Assemblée nationale

M. Tomassi, qui siégeait comme député indépendant depuis son renvoi du caucus libéral, avait exprimé cet automne son souhait de demeurer en poste. Mais il s'est contenté de rares apparitions au Salon bleu de l'Assemblée nationale. Ses absences répétées ne sont pas passées inaperçues.

Son attaché de presse avait expliqué qu'il préférait rester à l'écart par crainte de faire l'objet d'attaques en raison des accusations portées contre lui.

Jugeant l'absentéisme de M. Tomassi déraisonnable, la Coalition avenir Québec a déposé une plainte au commissaire à l'éthique et à la déontologie la semaine dernière.

Dans les circonstances, la Ligue des contribuables du Québec a dénoncé l'indemnité qu'il recevra. Selon les calculs de l'organisme, M. Tomassi touchera une « prime de transition » de 122 000 $. « C'est particulièrement choquant étant donné son absentéisme depuis son expulsion du caucus libéral », s'est exclamée la directrice générale de la Ligue, Claire Joly.

Un geste nécessaire, mais bien tardif, juge l'opposition

Le député péquiste Nicolas Girard a estimé que « la moindre des choses » pour le député absent était de démissionner. Le député de Gouin, qui a talonné M. Tomassi dans le dossier des garderies, n'a pas manqué de revenir à la charge sur cette question et de décocher des flèches en direction du gouvernement.

« Ce qui est inexplicable, c'est que M. Charest et les députés libéraux l'ont défendu si longtemps. » — Nicolas Girard, député péquiste de Gouin

« M. Tomassi était le seul député de l'Assemblée nationale qui avait sur son exécutif du Parti libéral de La Fontaine six propriétaires de garderies privées. Je n'en connais pas un autre à l'Assemblée nationale qui vit une telle situation », a-t-il souligné.

« C'est un des principaux acteurs du scandale des garderies qui quitte, mais ce n'est pas le seul. Le rapport du vérificateur général ciblait très clairement le rôle de Mme [Michelle] Courchesne dans l'attribution des 18 000 places en service de garde à l'automne 2008 », a ajouté le député.

Le député caquiste Éric Caire a qualifié la démission de M. Tomassi comme « le seul geste décent dans les circonstances », ajoutant qu'il avait abusé « largement de la latitude que les députés ont dans l'exercice de leur fonction ».

« Ce que je trouve malheureux, c'est qu'il ait attendu deux ans », a déploré le député de La Peltrie. « En posant le geste qu'il pose, dans le fond, M. Tomassi se reconnaît coupable lui-même en vertu de l'article 35 de notre code d'éthique », a-t-il ajouté.

Le code d'éthique des députés stipule que les parlementaires doivent faire preuve d'assiduité et ne peuvent, sans motif valable, « faire défaut de siéger à l'Assemblée nationale durant une période déraisonnable ».

À l'origine de la démarche auprès du commissaire à l'éthique, il a par ailleurs indiqué qu'il maintenait sa plainte afin que Jacques St-Laurent détermine si M. Tomassi pouvait continuer de toucher sa rémunération avant son départ malgré son manque d'assiduité.

Deux circonscriptions vacantes

La démission de Tony Tomassi obligera Jean Charest à déclencher une élection partielle dans LaFontaine d'ici six mois, à moins qu'un scrutin général ne soit déclenché d'ici là. Son départ porte à deux le nombre de sièges à pourvoir. La circonscription d'Argenteuil n'est plus représentée depuis le départ du libéral David Whissell, à la mi-décembre.

En complément

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook