Justin Trudeau défend son attachement au fédéralisme

Les précisions de Denis Ferland

Justin Trudeau a dû clarifier ses propos mardi aux communes, après avoir déclaré dans une entrevue à Radio-Canada dimanche dernier qu'il considérerait devenir souverainiste si le Canada devenait conforme à la vision de Stephen Harper sur le plan social.

Sur un ton passionné, le député libéral a réitéré sa loyauté envers le Canada, tout en se disant découragé par les politiques conservatrices.

« On a un Canada qui devient mesquin, qui devient petit d'esprit, qui devient fermé. Qui est anti-intellectuel, qui commence à prôner la division et à s'ingérer dans la vie privée des gens. Excusez-moi, mais je ne reconnais pas ce pays. Et c'est des millions de Canadiens qui, non plus, ne reconnaissaient pas ce pays », a déclaré le fils de l'ancien premier ministre Pierre Elliot Trudeau, ardent fédéraliste, qui a rapatrié la Constitution canadienne.

En entrevue avec Franco Nuovo, dimanche, Justin Trudeau avait dit que si le Canada « s'en allait contre l'avortement et contre le mariage gai, et qu'on retourne en arrière de 10 000 façons, peut-être que [il] songerait à faire du Québec un pays, oui ».

L'entrevue était passée inaperçue sur le moment, mais la blogosphère s'est ensuite fortement animée autour de cette déclaration.

Ces propos ont fait boule de neige aux Communes, où les partis d'opposition les ont commentés. Le ministre Maxime Bernier a affirmé que le père de Justin Trudeau devait « se retourner dans sa tombe ».

Quant à la députée bloquiste Maria Mourani, elle pense que la sortie de Justin Trudeau témoigne du malaise d'une partie de la population devant les orientations du gouvernement fédéral. « Le Canada actuel prend une tournure [avec laquelle] beaucoup de Canadiens ne se sentent plus à l'aise. Et nous, en tant que Québécois, c'est flagrant qu'on n'a plus notre place ici », dit-elle.

Justin Trudeau, lui, est choqué que l'on remette en question sa foi dans le Canada. « Ne questionnez pas mes valeurs en tant que Canadien, Québécois, très fier de l'être », a-t-il dit. Le libéral clame plutôt que les Canadiens doivent se réveiller et se battre contre les politiques du gouvernement Harper.

Facebook