Dumont désigne ses lieutenants

Mario Dumont annonce les nominations aux fonctions parlementaires en point de presse. Philippe Leblanc revient sur la rencontre.

Les 41 élus adéquistes, qui formeront l'opposition officielle, ont pris part jeudi à leur premier caucus avec leur chef Mario Dumont dans une salle de l'Assemblée nationale, à Québec. La plupart d'entre eux n'avaient jamais mis les pieds au parlement.

À l'issue d'une première réunion du caucus de l'ADQ, Mario Dumont annonce que Sébastien Proulx remplira la fonction de leader parlementaire et que Gilles Taillon sera le chef adjoint de l'opposition.

En point de presse, Mario Dumont a annoncé les noms des responsables parlementaires. Comme attendu, le nouveau député de Trois-Rivières, Sébastien Proulx, occupera le poste prestigieux de leader parlementaire, alors que Gilles Taillon, président du parti, a été désigné adjoint du chef de l'opposition. Il secondera son chef pendant son absence, et « frappera en relève », selon ses propres termes.

Les autres responsables parlementaires adéquistes sont:

  • Sylvie Roy, députée de Lotbinière, qui occupera le poste de leader parlementaire adjointe.
  • François Bonnardel, député de Shefford, qui sera whip avec comme adjointe Lucille Méthé, élue dans Saint-Jean.
  • le député de Blainville, Pierre Gingras, présidera le caucus.
  • Pas de cabinet fantôme pour le moment

    L'ADQ ne compte pas former son cabinet fantôme avant la mise en place du nouveau conseil des ministres libéral. Quoi qu'il en soit, M. Dumont est certain de trouver les compétences nécessaires au sein de son caucus pour attribuer les nombreuses responsabilités.

    Le chef adéquiste s'est dit fier de retrouver une équipe motivée de servir la population et a avoué avoir hâte de croiser le fer au Parlement en compagnie de ses députés, désormais nombreux. Il a insisté aussi sur son intention de demeurer en contact régulier avec le terrain, en effectuant des tournées en région, y compris dans les circonscriptions où l'ADQ n'a pas fait élire de député.

    Mario Dumont a d'ailleurs fait état d'une prochaine réunion avec le chef du gouvernement, Jean Charest, pour discuter des enjeux et de l'organisation de la prochaine rentrée parlementaire. M. Dumont a assuré qu'il se présentera à cette rencontre avec une « attitude responsable ».

    Mario Dumont entouré de ses lieutenants parlementaires Mario Dumont entouré de ses lieutenants parlementaires

    Interrogé sur la manifestation d'étudiants à Montréal pour réclamer le gel des frais de scolarité, le chef adéquiste a rappelé la position de son parti à ce sujet, qui est en faveur du dégel. Il a cependant nuancé sa position en affirmant que l'augmentation ne doit pas être « vite » et « grande ». De plus, Mario Dumont soutient qu'un dégel des frais de scolarité devrait être assorti d'une bonification des bourses.

    Invité à commenter la sortie du syndicat des ingénieurs de l'État, qui réclame la démission de Pierre Marc Johnson, le président de la Commission d'enquête sur l'effondrement du viaduc la Concorde de Laval, le nouveau chef de l'opposition officielle a rappelé les réserves qu'il avait déjà exprimées au lendemain de la création de cette commission, sans aller jusqu'à exiger le départ de son président. Il a préféré attendre la réponse que M. Johnson réservera jeudi soir à la requête des ingénieurs de l'État.

    Le développement économique, la tenue d'une commission d'enquête sur les centres d'hébergement pour personnes âgées et la défense de la classe moyenne font partie des priorités que l'opposition officielle tentera d'imposer au gouvernement, selon Mario Dumont.