L'exploitation sexuelle des enfants prendra des proportions épidémiques, croit la GRC

L'exploitation sexuelle d'enfants par Internet, notamment à des fins commerciales, augmente au Canada et dans le monde, selon le patron de la GRC. L'exploitation sexuelle d'enfants par Internet, notamment à des fins commerciales, augmente au Canada et dans le monde, selon le patron de la GRC.  Photo :  IS/istock

Le patron de la GRC estime que l'exploitation sexuelle d'enfants au moyen d'Internet va prendre des proportions « épidémiques » au Canada, selon des documents obtenus par Radio-Canada.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

De plus en plus d'enfants au Canada sont exploités sexuellement à des fins commerciales à cause d'Internet, affirme Mark Hecht, cofondateur d'Au-delà des frontières, une ONG qui lutte contre ce fléau. Il remarque que les nouvelles technologies compliquent considérablement le travail des autorités.

« C'est difficile de trouver les preuves, trouver les témoins et tout ça, pour mettre le cas devant la cour », dit-il.

Le patron de la GRC, Bob Paulson, est du même avis, si l'on en juge par la lettre qu'il a envoyée au ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, en novembre 2015, afin d'expliquer ses priorités. 

Bob Paulson, le patron de la GRC.  Photo :  Radio-Canada

« L'exploitation sexuelle d'enfants facilitée et commercialisée au moyen d'Internet prendra très bientôt des proportions épidémiques au pays et à l'échelle internationale », affirme-t-il. Il ajoute que l'exploitation sexuelle d'enfants « menace les fondements mêmes de notre société ».

Sans préciser sa pensée, il mentionne que certains se sont « servis de ce phénomène pour obtenir plus de pouvoirs en vue de lutter contre ce crime », mais que ces « démarches ont été ridiculisées et méprisées ». Radio-Canada a obtenu cette lettre grâce à une demande en vertu de Loi sur l'accès à l'information.

Bob Paulson, le patron de la GRC.  Photo :  Radio-Canada

M. Paulson rajoute : « Ironiquement, les horreurs indescriptibles que subissent les victimes à une fréquence de plus en plus grande ne peuvent pas être divulguées à la population en raison de leur atrocité. »

Un phénomène multiforme

Le porte-parole de la GRC, Harold Pfleiderer, précise que le phénomène de l'exploitation sexuelle, évoqué par M. Paulson, touche des enfants et des adolescents qui se trouvent au Canada et d'autres qui sont à l'extérieur du pays.

Guillaume Landry, président du Bureau international des droits des enfants, une ONG basée à Montréal, constate lui aussi que le nombre de cas d'exploitation sexuelle d'enfants par Internet augmente. « Ces dernières années, au Canada, ce qu'on a remarqué, c'est une variété de cas. [...] Il y a du personnel canadien qui travaillait à l'étranger qui s'est vu accusé d'exploiter sexuellement des enfants. Il y a des gens qui sont dans des positions d'autorité au Québec ou au Canada et qui se retrouvent attrapés sur le fait », dit-il.

Il estime que la GRC et les autres services de police au pays font des efforts considérables pour arrêter ceux qui exploitent sexuellement des enfants. « On arrête un paquet de gens dans différents pays, parce que le client, parce que le producteur, parce que l'entremetteur, se retrouvent à être positionnés différemment sur le globe, et le Canada n'y échappe pas », dit-il.

« Dans le cadre de la Stratégie nationale pour la protection des enfants contre l'exploitation sexuelle sur Internet, lancée en 2004, des fonds sont versés pour mener des enquêtes sur les prédateurs en ligne, augmenter la sensibilisation du public et soutenir la recherche. » — Scott Bardsley, attaché de presse du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale

La GRC et le bureau du ministre n'ont pas voulu faire de commentaires, mais l'on indique que la police fédérale possède une équipe qui se consacre à la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants.

Info en continu