Lev Tahor : le père parti au Guatemala est de retour au Canada

Bahador Zabihiyan
Radio-Canada
Des membres de la secte lev Tahor, au Guatemala. Des membres de la secte lev Tahor, au Guatemala.  Photo :  Radio-Canada/CBC

Le membre de la secte Lev Tahor qui était précipitamment parti au Guatemala en compagnie de six de ses enfants et de sa femme est de retour au Canada, a indiqué son avocat à Radio-Canada.

Un texte de Bahador ZabihiyanTwitterCourriel

« Il est arrivé au Canada jeudi dernier, il va bien et il est particulièrement heureux, car il a pu rencontrer ses deux enfants qu'il n'avait pas pu voir depuis des mois », explique son avocat torontois, Guidy Mamann, en entrevue téléphonique avec Radio-Canada.

Ses deux enfants avaient été placés en famille d'accueil peu de temps après que sa famille et lui furent partis au Guatemala en mars dernier. Les deux enfants n'avaient pu se rendre au Guatemala avec le reste de la famille, car ils avaient été interceptés par les autorités avant d'arriver sur le territoire guatémaltèque.

Les deux enfants voyageaient avec d'autres membres de la communauté, car la famille n'avait pas réussi à prendre le même avion, pour des raisons logistiques, indique M. Mamann.

L'homme, dont Radio-Canada ne peut révéler l'identité afin de préserver l'anonymat des enfants, se présentera en cour jeudi. Il tentera de convaincre le juge de lui confier ses enfants. M. Mamann souhaite aussi que le juge autorise les enfants de la secte à quitter le Canada avec leurs parents. Il ne sait pas encore si son client veut rentrer au Guatemala avec les enfants, où s'il souhaite revenir au Canada avec le reste de sa famille.

Les services frontaliers au courant

L'homme a été récupéré à l'aéroport par un membre de la communauté Lev Tahor. L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et les services à l'enfance de l'Ontario ont été informés de son retour. « Tout s'est très bien passé », dit l'avocat. « L'ASFC a très bien travaillé avec nous pour essayer de résoudre tous les problèmes », rajoute-t-il. Il a rencontré des responsables des services à l'enfance de l'Ontario jeudi matin, selon M. Mamann. Il n'a pas été arrêté, précise-t-il.

L'homme avait quitté le Canada, car il craignait que la justice ontarienne ne lui retire la garde de tous ses enfants. « Il s'est enfui du Canada, il est parti pour le Guatemala, car il pensait que cela serait dans l'intérêt de ses enfants. Il n'avait pas foi en la justice », poursuit son avocat. Toutefois, l'homme est désormais un peu plus rassuré, et il espère pouvoir réunir sa famille dans un même endroit.

Ce dernier a laissé au Guatemala sa femme et six de ses enfants. La famille a aussi dû faire face à la justice de ce pays, mais les enfants ont pu rester avec leur parent pour le moment.

Le Canada pas assez sévère envers Lev Tahor, dit un proche

La femme et les six enfants de l'homme restent pour le moment au Guatemala, mais l'avocat de la famille ne sait pas si le groupe prévoit de revenir au Canada.
Le frère de la femme qui se trouve au Guatemala s'est dit scandalisé par la facilité avec laquelle le père de famille a pu revenir au Canada.

« On est désemparé de constater que le Canada détourne le regard quand [cet homme] a pu non seulement rentrer sur le territoire, mais aussi avoir accès à mes deux nièces qui sont dans une famille d'accueil canadienne », écrit ce résident israélien qui se bat depuis plusieurs années pour faire sortir sa sœur et ses nièces de la secte Lev Tahor.

« Nous voudrions que la totalité des huit enfants puisse vivre avec leurs grands-parents en Israël afin qu'ils puissent vivre sans avoir à subir les sévices et émotionnels de Lev Tahor », écrit-il dans une déclaration envoyée à Radio-Canada. Ce dernier a aussi passé plusieurs semaines au Guatemala, où il a pu constater les très mauvaises conditions dans lesquelles vivait la famille de sa sœur. L'avocat de la famille contredit ces allégations.

La communauté de quelques centaines de personnes vivait dans les Laurentides depuis plusieurs années. Selon la Direction de la protection de la jeunesse du Québec, les enfants de la secte recevaient des punitions physiques, avaient des problèmes d'hygiène et n'étaient pas scolarisés correctement. Les responsables de la secte ont vigoureusement nié ces allégations.

La communauté a fui le Québec pour l'Ontario le 18 novembre dernier, craignant des procédures judiciaires. Cependant, la secte ultra-orthodoxe a aussi attiré l'attention des services sociaux et de la justice de l'Ontario.

La secte Lev Tahor en 4 questions

La saga de Lev Tahor

  • 18 novembre : Environ 200 membres de la secte Lev Tahor quittent Sainte-Agathe-des-Monts et s'installent dans la région de Chatham en Ontario, alors que la Direction de la protection de la jeunesse au Québec enquête sur des allégations de mauvais traitements. Les dirigeants de la secte nient catégoriquement les allégations.
  • Mercredi 27 novembre : Un tribunal de la jeunesse au Québec ordonne que 14 enfants de la secte soient retirés de leur milieu et placés dans des familles d'accueil au Québec.
  • Lundi 3 février : Un juge ontarien décide de retirer 13 enfants du groupe religieux Lev Tahor à leurs parents, mais leur laisse 30 jours pour faire appel de la décision.
  • Vendredi 21 février : La Cour supérieure du Québec refuse à la secte juive Lev Tahor le droit d'en appeler de la décision de novembre qui ordonnait le retour de 14 enfants au Québec.
  • Lundi 3 mars : Une quinzaine de membres de la secte prennent l'avion en direction du Guatemala. Un groupe de 9 personnes est intercepté à Trinité-et-Tobago.
  • Mardi 4 mars : Au moins deux adultes et six enfants de la secte arrivent au Guatemala.
  • Jeudi 6 mars : En Ontario, un juge ordonne que les 14 enfants des deux familles qui ont pris la fuite soient placés dans des foyers d'accueil en Ontario en attendant que leur appel soit entendu en cour.
  • Samedi 8 mars : Six enfants de la secte issus de deux familles, leurs parents et un autre adulte sont rapatriés au Canada après s'être enfuis à Trinité-et-Tobago.
  • Dimanche 9 mars : Une mère d'âge mineur, dont une partie de la famille a tenté de fuir vers Trinité-et-Tobago, est arrêtée à sa descente de l'avion à Calgary et ramenée en Ontario avec son bébé.
  • Lundi 10 mars : 7 enfants de la secte sont retirés de leur famille par les services de protection de l'enfance de Chatham-Kent.
  • Vendredi 14 mars : Trois adultes et 6 enfants qui avaient pris la fuite au Guatemala comparaissent devant une juge à Panajachel. La juge décide de laisser les enfants avec leur famille.
  • Mercredi 7 mai: la justice ontarienne décide que quatre enfants de la secte Lev Tahor pourront être réunis avec leurs parents après avoir passé près de deux mois en famille d'accueil à Toronto. Les avocats des parents et de la Société d'aide à l'enfance de Chatham-Kent sont parvenus à une entente.


En complément: La secte Lev Tahor en quatre questions

Info en continu