Zone Yukon

Le rapporteur de l'ONU critique le gouvernement Harper sur la question de l'alimentation

Olivier De Schutter lors de son passage à Ottawa en mai 2012 Olivier De Schutter lors de son passage à Ottawa en mai 2012  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

Selon le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l'alimentation, la décision controversée du gouvernement Harper d'éliminer la version longue du formulaire de recensement et sa négociation d'un traité de libre-échange avec l'Union européenne nuiront à la lutte contre la pauvreté au Canada.

Ces observations figurent dans un rapport qu'Olivier De Schutter présentera lundi à Genève à l'occasion d'une réunion du Conseil des droits de l'homme de l'Organisation des Nations unies (ONU).

Le rapport exhorte Ottawa à créer une stratégie nationale d'alimentation pour combattre la faim chez un nombre grandissant de groupes vulnérables, dont les autochtones et les gens sur l'assistance sociale qui peinent à joindre les deux bouts. Cette stratégie devrait, selon le responsable, englober les niveaux de gouvernements municipal, provincial et fédéral.

Dans son rapport, M. De Schutter attaque aussi des éléments centraux du programme du gouvernement Harper, disant qu'ils bloquent l'accès à l'alimentation. Ceux-ci incluent la décision d'éliminer la version longue du formulaire de recensement, les négociations en cours pour un accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, la réforme de la Commission canadienne du blé et la façon dont Ottawa supervise les fonds qu'il transfère aux provinces pour les services sociaux.

Critiques acerbes

L'élimination du formulaire long de recensement empêche Statistiques Canada de compiler un portrait analytique du pays, selon le rapport, qui note que « pour combattre la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition, il est nécessaire d'avoir une compréhension exhaustive de qui a faim, qui souffre d'insécurité alimentaire et qui est mal nourri ».

M. De Schutter critique aussi l'élimination du Conseil national du bien-être social, qu'il décrit comme « un forum pour la collecte de données et la comparaison de taux d'assistance sociale au travers du pays ».

Le rapport sert en quelque sorte de réplique aux critiques acerbes et personnelles de la part de ministres du cabinet Harper envers M. De Schutter lors de sa mission d'enquête de 11 jours au Canada en mai dernier.

La ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, avait déclaré que M. De Schutter était « mal informé » et « condescendant », tandis que le ministre de l'Immigration, Justin Kenney, dit de lui qu'il était « complètement ridicule ».


Info en continu Afficher le fil complet

Facebook