Des pièces contrefaites dans le cockpit des Hercules canadiens

Le reportage de Daniel Thibeault

Le réseau anglais de Radio-Canada a appris que des puces mémoires qui se trouvent dans le cockpit de certains des avions de transport Hercules achetés en 2010 par les Forces canadiennes ont été contrefaites, en Asie.

Le gouvernement de Stephen Harper l'admet maintenant, après avoir nié l'affaire pendant des mois. Selon les informations obtenues par CBC, Ottawa était au courant au moins depuis juillet dernier.

Ottawa affirme tout de même que la sécurité des appareils n'est pas compromise. Les Hercules continueront donc à voler.

Toutefois, le gouvernement admet être préoccupé par la situation.

« C'est préoccupant, je ne nie pas ça. Absolument pas. » — Chris Alexander, secrétaire parlementaire du ministre de la Défense

Le gouvernement Harper ne compte toutefois pas remplacer les puces immédiatement. Des discussions sur le remplacement des pièces sont en cours avec le fabricant américain de l'appareil, Lockheed Martin, qui a installé les pièces contrefaites.

Danger pour les pilotes?

Or, un rapport du Sénat américain, publié en 2010, estime qu'il est impossible de prévoir la fiabilité de ce matériel électronique. Lors d'une vérification en laboratoire effectuée cette année-là, 27 % des puces contrefaites ont échoué les tests.

Les pièces sont susceptibles d'entraîner des bris aux « conséquences catastrophiques », peut-on lire dans le rapport américain. Une défaillance des pièces pourrait notamment obliger les pilotes des Hercules à voler « à l'aveugle », sans information sur l'altitude, la vitesse, la localisation et le niveau de carburant de l'appareil, ou encore sur l'état du moteur.

Selon Martine Simard-Normandin, présidente du laboratoire d'analyse électronique MuAnalysis, à Ottawa, la situation a tout pour inquiéter la défense canadienne. « 27 %, c'est complètement inacceptable pour un produit électronique. Le taux de fiabilité devrait être bien au-dessus de 90 % », ajoute-t-elle.

Le gouvernement fédéral a dépensé plus d'un milliard de dollars pour faire l'acquisition des 17 Hercules destinés à remplacer une partie de sa flotte vieillissante. Cet avion de transport est un élément central des opérations des Forces canadiennes.

D'après le reportage de Daniel Thibeault