Irene perd du souffle mais cause des maux de tête dans l'est du pays

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Nos reporters font état du passage de la tempête Irene sur le Québec.

C'est seulement lundi dans la journée au plus tôt que l'on prendra la mesure des dégâts causés par Irene dans l'est du Canada.

Autour de 23 heures, celle qui fut ouragan puis tempête, perdant du souffle, se voyait rétrogradée au rang de « cyclone post-tropical », selon la terminologie officielle, non sans avoir causé bien des ennuis dans l'est du Canada.

Au Québec, dimanche, le ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, a indiqué que le gouvernement prenait très au sérieux la tempête Irene. Il a alors invité les citoyens à prendre toutes les mesures pour assurer leur sécurité.

À 23 h, Hydro-Québec évoquait 248 500 abonnés privés de courant à l'échelle de la province, principalement en Montérégie, où 84 000 foyers se trouvaient sans électricité, et à Montréal, où 36 600 foyers étaient sans électricité.

De nombreuses mesures ont été prises par la Sécurité civile en prévision du passage de l'ouragan, maintenant rétrogradé, sur le Québec et l'est du pays.

Des postes de commandement mobiles ont été déployés dans plusieurs régions à risque, incluant l'Estrie, la Montérégie, le Bas-Saint-Laurent et la Capitale nationale. Ces postes peuvent notamment assurer le maintien des communications d'urgence advenant des bris de matériel.

Du personnel supplémentaire a aussi été affecté à ces régions afin d'être prêt à intervenir au besoin.

« Il est important que les gens ne prennent pas Irene à la légère. Ce n'est pas une petite tempête, c'est une énorme tempête. » — Robert Dutil, ministre de la Sécurité publique

Guy Laroche, sous-ministre associé à la Direction générale de la sécurité civile, a assuré que tous les partenaires travaillaient conjointement et se partageaient de l'information. Le ministère des Transports, Hydro-Québec, Sécurité publique Canada, Environnement Canada, mais aussi les États limitrophes du Vermont et du Maine sont sur un pied d'alerte.

Des arbres ont été endommagés à Sherbrooke, comme ici, rue Walton. Des arbres ont été endommagés à Sherbrooke, comme ici, rue Walton.  Photo :  Marie-Laurence Delainey

Le ministre Dutil a demandé à la population de limiter les sorties, d'attacher les meubles de patio et de se tenir informé sur la situation au fur et à mesure de son évolution.

Il a notamment fait savoir qu'une certaine accalmie ne signifiait pas la fin de la tempête et a prévenu que des évacuations pourraient être ordonnées si la situation le justifiait.

Des centaines de vols ont été annulés aux aéroports de Toronto, de Montréal et de Québec, la plupart en direction des États-Unis.

On peut consulter les vols retardés et annulés à partir de l'aéroport de Montréal-Trudeau sur ce site;

À partir de l'aéroport Jean-Lesage de Québec sur ce site;

À partir de l'aéroport Pearson de Toronto sur ce site;

À partir de l'aéroport d'Ottawa sur ce site.

Par ailleurs, le long de la rivière Eaton, une cinquantaine de résidences ont été évacuées.

Dans la région de Québec, Radio-Canada rapportait de nombreux débuts d'incendies dus à des arbres qui avaient touché en s'abattant des fils électriques, mais la plupart sans gravité.

Des fils électriques tombés sur une maison ont causé un début d'incendie à Sainte-Foy, près de Québec. Des fils électriques tombés sur une maison ont causé un début d'incendie à Sainte-Foy, près de Québec.

Quelques perturbations à Montréal

Des arbres sont tombés, par exemple rue Papineau, perturbant les déplacements. Des feux de circulation ont cessé de fonctionner. La circulation a été pénible en début de soirée, avec une visibilité limitée et des bourrasques.

De fortes pluies tombent sur le Québec et l'est du pays. De fortes pluies tombent sur le Québec et l'est du pays.

Irene, qui est maintenant entré sur le territoire canadien, sévira jusqu'à lundi sur le sud et l'est du Québec, de Montréal à la Gaspésie.

Selon Environnement Canada, les vents pourraient atteindre les 90 km/h par endroits, peut-être même un peu plus pour la région de Québec. La tempête apportera de 50 à 100 millimètres de précipitations, notamment sur la Montérégie, l'Estrie, la Beauce et Québec.

Après le sud-ouest québécois, Irene se déplacera progressivement vers l'est. Selon Environnement Canada, la pluie et les vents se propageront lentement pour gagner le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie la nuit prochaine.

L'agence fédérale précise que « les vents violents associés à cette tempête se produiront pendant une période de grandes marées et favoriseront des débordements côtiers ».

Consultez sur le site d'Environnement Canada la carte des régions concernées par les avertissements de pluie, de vent ou de tempête tropicale.

Un arbre tombé à Sherbrooke Un arbre tombé à Sherbrooke

Dans les Maritimes

Le Centre canadien de prévision des ouragans a émis aussi des avertissements de tempête tropicale pour les côtes de Fundy du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse ainsi que pour la côte Atlantique de la Nouvelle-Écosse au sud-ouest de Porters Lake.

Des rafales entre 90 et 110 km/h pourraient souffler dimanche en soirée sur la Nouvelle-Écosse, l'Île-du-Prince-Édouard, et certains secteurs du Nouveau-Brunswick.

Environnement Canada prévoit de 50 à 80 millimètres de pluie et possiblement plus de 100 millimètres par endroits dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick jusqu'en matinée lundi.

Scène croquée au Lac Champlain par Gratien Courtois Scène croquée au Lac Champlain par Gratien Courtois  Photo :  Gratien Courtois

La trajectoire de l'ouragan Irene au Canada, selon Environnement Canada.

La trajectoire de l'ouragan Irene au Canada La trajectoire de l'ouragan Irene au Canada  Photo :  Environnement Canada
Le Lac Saint-Louis est agité au passage d'Irene Le Lac Saint-Louis est agité au passage d'Irene  Photo :  Eric Gouin