Le fil des événements des attentats de Bruxelles

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Le récit de Tamara Alteresco

Les deux attentats de mardi à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles ont fait des dizaines de morts et de blessés. Voici le déroulement des événements.

Vers 8 h 00 (heure locale) : Deux explosions retentissent dans la zone des départs de l'aéroport international Zaventem de Bruxelles. Des témoins ont entendu des tirs, puis quelqu'un crier en arabe juste avant les explosions.

Peu avant 9 h 00 : La police fédérale affirme qu'au moins une personne est morte et plusieurs autres blessées, mais le bilan risque d'augmenter. L'aéroport est fermé; le gouvernement belge tient une réunion de crise.

9 h 11 : Une explosion retentit dans une rame de métro à la station Maelbeek, située à proximité des institutions européennes. On rapporte au moins une quinzaine de blessés.

9 h 15 : La Belgique hausse son alerte antiterroriste au niveau maximal.

Peu après 10 h 00 : Le parquet fédéral parle d'au moins 13 morts et 35 blessés à l'aéroport.

Peu avant 10 h 30 : Le ministère de l'Intérieur demande à la population de Bruxelles de ne pas circuler. Tous les transports publics sont fermés. La sécurité est renforcée dans les aéroports, gares et transports en commun à Paris. Le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Russie renforcent la sécurité dans les aéroports. De nombreux gouvernements européens tiennent des réunions d'urgence et offrent leur aide à la Belgique.

Peu avant 11 h 00 : Les pompiers donnent un bilan provisoire d'au moins 21 morts, dont 11 à l'aéroport.

11 h 30 : La sécurité des centrales nucléaires belges est renforcée. Le trafic des trains reliant la Belgique et ses voisins est progressivement suspendu.

11 h 43 : Le premier ministre belge Charles Michel condamne les deux attentats, qu'il qualifie d' « aveugles, violents et lâches ». « Nous redoutions un attentat et c'est arrivé », dit-il.

Peu avant 12 h 00 : Le procureur fédéral belge affirme qu'une des deux explosions à l'aéroport de Bruxelles a « probablement été provoquée par un kamikaze ».

12 h 00 : Le président français François Hollande affirme que « c'est toute l'Europe qui est frappée » avec ces attentats.

12 h 15 : Le bilan provisoire des deux attaques est établi à 26 morts et des dizaines de blessés.

12 h 35 : L'enquête est en cours; les autorités craignent qu'il y « ait encore des personnes dans la nature », selon le ministre belge des Affaires étrangères.

Deux explosions se sont produites à l'aéroport de Bruxelles. Deux explosions se sont produites à l'aéroport de Bruxelles.  Photo :  Twitter / Benoit Cazals

14 h 30 : Le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur, parle d'un bilan provisoire d'une vingtaine de morts et de 106 blessés dans le métro. « La situation dans le métro est extrêmement chaotique », et il y aura « un travail important pour identifier les victimes ». On compte « beaucoup de nationalités » parmi les blessés, dit-il.

14 h 45 : Les pompiers comptent 14 morts et 96 blessés à l'aéroport.

15 h 30 : Le président américain Barack Obama affirme que « nous ferons tout ce qui est nécessaire pour soutenir notre ami et allié, la Belgique, et emmener les responsables devant la justice. Nous pouvons et nous vaincront ceux qui menacent la sûreté et la sécurité des peuples dans le monde ».

16 h 00 : La Belgique décrète un deuil national de trois jours.

16 h 07 : Les médias belges diffusent des images de suspects captées par vidéosurveillance.

Les médias belges commencent à diffuser des images de trois suspects captées par la vidéosurveillance.

16 h 10 : Des villes comme Washington, New York, Toronto et Montréal renforcent la sécurité dans les lieux publics et les transports.

16 h 15 : Le groupe armé État islamique revendique les attentats de Bruxelles.

16 h 45 : Les dirigeants des 28 pays de l'Union européenne dénoncent une attaque contre « notre société ouverte et démocratique ».

17 h 19 : Une troisième bombe a été découverte à l'aéroport et a pu être détruite par des experts artificiers, annonce le gouverneur de la province du Brabant flamand.

18 h 40 : Deux des bombes qui ont explosé à l'aéroport ont « probablement » été déclenchées par des kamikazes, et la police recherche « activement » un troisième suspect, indique le parquet fédéral belge. « Diverses perquisitions sont en cours à plusieurs endroits du pays, plusieurs témoins sont également entendus », selon le procureur Frédéric Van Leeuw. Toutefois, « il est trop tôt pour établir un lien avec les attentats de Paris », selon lui.

19 h : Dans une allocution télévisée, le roi des Belges, Philippe a dit que le 22 mars « ne sera plus jamais une journée comme les autres » après les attentats « lâches et odieux » qui ont ensanglanté la capitale. « Les vies brisées, les blessures profondes, ces souffrances sont celles de tout notre pays ».

19 h 14 : Une bombe et un drapeau de l'État islamique ont été découverts lors d'une perquisition dans un logement de la commune de Schaerbeek, rapportent les médias belges.

19 h 45 : Le premier ministre Charles Michel participe à un rassemblement symbolique place de la Bourse à Bruxelles. Des veillées hommage se tiennent un peu partout en Europe et ailleurs dans le monde.

21 h 13 : Les assaillants de l'aéroport transportaient les « bombes dans des valises », selon les autorités.

22 h 45 : Le parquet de Paris ouvre une enquête sur les attentats de Bruxelles, puisque plusieurs Français ont été blessés. Une délégation du FBI et de la police de New York doit aussi se rendre à Bruxelles puisque des Américains ont été blessés dans les attentats.

Mercredi, 13 h 15 : Le nouveau bilan officiel des attentats est de 31 morts et 270 blessés. Les frères belges Ibrahim et Khalid El Bakraoui, tous deux morts, sont identifiés comme auteurs des attentats à l'aéroport et dans le métro, dit le procureur belge. Un deuxième suspect non identifié de l'attentat de l'aéroport est aussi mort. Un troisième suspect, « vêtu d'une veste claire et d'un chapeau » sur les images des caméras de surveillance, est toujours en fuite.

Selon le procureur, Ibrahim El Bakraoui a abandonné dans une poubelle de Schaerbeek un ordinateur contenant son testament, où il affirme « ne plus savoir quoi faire » car il est « recherché de partout ». La police a mené des perquisitions, découvrant « 15 kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis ainsi que du matériel destiné à confectionner des engins explosifs ».

EN VIDÉO :

Attentats à Bruxelles : le fil des événements
Le premier ministre belge, Charles Michel, réagit aux attentats commis ce matin à Bruxelles
Un témoin raconte les images d'horreurs qu'il a vues après les explosions à l'aéroport international Bruxelles-Zaventem

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu