L'ex-maire Michael Bloomberg ne se présentera pas à la présidence des États-Unis

La Presse Canadienne
L'ex-maire de New York Michael Bloomberg L'ex-maire de New York Michael Bloomberg  Photo :  PC/Thibault Camus

L'ex-maire de New York Michael Bloomberg a annoncé lundi qu'il ne se présenterait pas à la présidence des États-Unis en tant que candidat indépendant.

Le magnat de la presse, qui a songé pendant plusieurs mois à se lancer en campagne, a expliqué sa décision dans un texte publié sur le site éditorial Bloomberg View.

M. Bloomberg a souligné que sa candidature allait probablement propulser l'élection du sénateur républicain Ted Cruz ou de Donald Trump, un risque qu'il n'est pas prêt à prendre.

Le milliardaire n'a pas ménagé ses critiques envers le meneur de la course, Donald Trump, affirmant que l'homme d'affaires avait dirigé la campagne « la plus controversée et la plus démagogique », qui repose sur les craintes et les préjugés des citoyens.

Il a décoché quelques flèches à l'endroit de Ted Cruz, « qui n'est pas moins extrémiste » que M. Trump malgré sa rhétorique moins flamboyante.

M. Bloomberg n'a que brièvement abordé la campagne démocrate et il n'a pas donné son appui à Hillary Clinton ni à Bernie Sanders. Michael Bloomberg avait formé un groupe de conseillers pour évaluer la possibilité de se présenter à l'élection présidentielle de 2016 et il s'était donné jusqu'à la mi-mars pour prendre sa décision.

Il a dépensé 1 milliard de dollars de sa propre fortune dans cette démarche.

Selon des proches, l'ex-maire voyait une occasion de personnifier une troisième voie centriste dans une course marquée par la montée de Donald Trump du côté républicain et de Bernie Sanders du côté démocrate.

Or, les nombreuses victoires de Hillary Clinton lui ont permis de solidifier son avance au Parti démocrate, ce qui était susceptible de porter ombrage à une possible candidature de M. Bloomberg.

De plus, l'ex-maire aurait pu grappiller plus d'appuis chez Mme Clinton que chez M. Trump, favorisant l'élection du candidat républicain à la Maison-Blanche.

Cette annonce met un terme aux rumeurs sur la possible candidature de l'ex-maire à la présidence, un plan qui suscitait l'enthousiasme du domaine des affaires new-yorkais. Selon ses proches, M. Bloomberg aurait pu attirer les républicains et démocrates modérés, ainsi que les indépendants.

L'ex-maire de 74 ans, qui a appuyé les deux grands partis par le passé, avait de réelles chances si Donald Trump et Bernie Sanders remportaient l'investiture, selon ces sources.

Toutefois, un sondage de l'Associated Press-Gfk réalisé le mois dernier a suggéré que 6 répondants sur 10, républicains et démocrates, n'appuieraient pas Michael Bloomberg.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants