Visite historique du président Obama à Cuba le mois prochain

Le reportage de Jean-Michel Leprince

Le président des États-Unis, Barack Obama, rendra une visite historique à son homologue cubain, Raul Castro, en mars prochain. Il s'agira de la première visite d'un président américain en exercice à La Havane depuis près de 90 ans.

Un texte de Martin MovillaTwitterCourriel

Les 21 et 22 mars prochains, les présidents Castro et Obama inscriront leurs noms dans l'histoire de la géopolitique mondiale. « Le président Obama sera reçu ici avec respect », a déclaré la négociatrice principale de Cuba pour les relations avec les États-Unis, Josefina Vida, confirmant ainsi la visite du président américain en sol cubain. « Nous croyons que cette visite lui donnera la possibilité de mieux connaître la réalité du peuple cubain. »

Pour Mme Vidal, il n'y a pas de doute : les négociations sont entrées dans une nouvelle étape, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. « Nous voulons forger une nouvelle relation avec les États-Unis, a-t-elle poursuivi. Une relation basée sur les liens historiques de nos peuples et de nos pays », a affirmé la négociatrice cubaine.

Des gestes symboliques, mais pas encore de solutions définitives

L'annonce d'aujourd'hui, si historique soit-elle, ne vient pas résoudre les principaux problèmes de la négociation entre Américains et Cubains.

Malgré les progrès annoncés récemment - comme la reprise des vols commerciaux entre les deux pays et l'installation d'une entreprise américaine sur le territoire cubain, une première en cinq décennies - les deux pays n'ont pas encore trouvé un arrangement convenable pour résoudre les sujets plus complexes de la négociation.

Ainsi, la fin de l'embargo, les garanties accrues pour l'opposition cubaine, le respect des standards internationaux de droits de la personne, la rétrocession à Cuba des terrains occupés par la base militaire américaine de Guantanamo, le dédommagement aux entreprises nationalisées après la révolution et l'indemnisation pour les impacts de l'embargo ne seront pas annoncés à court terme.

Du côté de Barack Obama, le président américain avait déjà annoncé sa volonté de rencontrer les dissidents lors d'une éventuelle visite à Cuba.

Josefina Vidal répond que « Cuba est ouvert à négocier n'importe quel sujet avec les États-Unis et cela inclut les droits de la personne. Mais sur ce thème, comme c'est le cas pour la démocratie, les modèles politiques et les relations internationales, nous avons des conceptions différentes ».

La négociatrice ajoute que les discussions sur ces sujets doivent toujours respecter les principes de « réciprocité et non-intervention ».

Visite historique

Pour la première fois depuis 1928 - quand le président Calvin Coolidge s'est rendu à La Havane - un président américain visite l'île des Caraïbes que les géographes appellent « la majeure des Antilles ».

Jimmy Carter est aussi venu à La Havane, en 2011, mais il n'était plus président.

La visite est donc historique et montre bien que les deux présidents veulent amener les négociations à un point de non-retour et laisser derrière plus de 50 ans de tensions, de guerre froide et de mauvaises relations.

Les Cubains : entre espérance et méfiance

Les Cubains dans la rue considèrent comme positive la nouvelle de la visite de Barack Obama. Tous et toutes sont convaincus que cela ne peut qu'être positif pour l'avenir de Cuba.

Néanmoins, ils ont quand même exprimé un peu de méfiance étant donné que, jusqu'à maintenant, les progrès diplomatiques entre Cuba et les États-Unis n'ont changé ni l'embargo ni ses conséquences sur la vie des habitants.

« La nouvelle de la visite est une bonne chose », dit Anita, une fonctionnaire de l'État de 24 ans qui travaille dans le secteur des communications.

Pour Roberto, serveur d'un restaurant de la capitale, il ne faut pas « crier victoire avant que les changements se reflètent vraiment sur notre vie quotidienne ».

Fait curieux : les Cubains ont pu suivre la conférence de presse en direct et s'informer en temps réel sur l'importance de la visite pour Cuba et les États-Unis.

Même si l'annonce de la visite de Barack Obama à Cuba est une bonne nouvelle - et un fait historique - le chemin vers la normalisation totale de relations entre les deux pays sera encore long.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants