Le Canada déterminé à renforcer sa présence au sein de l'ONU

Les explications de Joyce Napier

Le premier ministre Justin Trudeau s'engage à consolider les efforts du Canada au sein des Nations unies et espère bien décrocher, à nouveau, un siège au Conseil de sécurité.

Au terme d'une rencontre avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, Justin Trudeau a affirmé, lors d'une conférence de presse conjointe, que « se réengager aux Nations unies comprend la notion de vouloir reprendre son siège au Conseil de sécurité. Nous regardons les occasions qui se présenteront à l'avenir. »

D'entrée de jeu, Ban Ki-moon a qualifié les perspectives d'une collaboration plus étroite entre l'ONU et le Canada de plus « chaleureuses et réconfortantes » que la météo hivernale du pays.

« Je suis très honoré de revenir si rapidement au Canada après l'élection du premier ministre Trudeau », a-t-il ajouté, précisant qu'il en était à sa cinquième visite depuis qu'il occupe ses fonctions aux Nations unies.

« Nous avons eu des échanges très constructifs sur toute une série de questions importantes, des changements climatiques au maintien de la paix mondiale, et en passant également par le développement durable et la situation des migrants à travers le monde », a-t-il déclaré. Ban Ki-moon a par ailleurs souligné la promesse du Canada d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin du mois, alors que le premier ministre canadien venait de préciser que 18 000 d'entre eux avaient déjà élu domicile au pays.

C'est cependant le retour espéré du Canada au Conseil de sécurité qui a retenu l'attention au terme de leurs discussions. « Nous aurons plus à dire lorsque nous déterminerons notre approche sur ce dossier », a précisé Justin Trudeau.

En 2010, le Canada a retiré sa candidature pour l'obtention d'un siège temporaire au Conseil de sécurité après avoir subi deux revers en tentant de se faire élire. Depuis 1948, le Canada avait pourtant toujours décroché son siège en se portant candidat.

Principal organe décisionnel de l'ONU, le Conseil de sécurité est composé de 15 membres, dont 5 permanents (les États-Unis, la Chine, la France, la Russie et le Royaume-Uni). Les dix autres membres sont élus par l'Assemblée générale pour un mandat de deux ans.

La place du Canada parmi les Casques bleus

Le Canada s'engage aussi à renforcer son travail humanitaire à travers le monde. « Nous continuerons à apporter notre soutien aux initiatives de l'ONU sur le terrain », a déclaré Justin Trudeau. Il a précisé que le gouvernement fédéral consacrait déjà 1,6 milliard de dollars à ce dossier, qui comprend également l'accueil des réfugiés syriens.

Le premier ministre souhaite aussi renforcer l'apport du pays aux Forces de maintien de la paix des Nations Unies, les Casques bleus, qui comptent déjà une centaine de Canadiens à travers le monde. Il a confié ce mandat aux ministres des Affaires étrangères, Stéphane Dion, et de la Défense, Harjit Sajjan.

Les Casques bleus canadiens en chiffres : 

Le Canada était, en date du 31 décembre 2015, le 66contributeur mondial, avec 113 membres, dont 84 policiers, 20 soldats et neuf experts militaires, selon l'ONU.

Justin Trudeau espère d'ailleurs déployer plus de personnes bilingues. « Mais surtout, le Canada envoie déjà plus de femmes », faisant allusion au scandale des soldats de la paix postés en République centrafricaine accusés d'agressions sexuelles. 

« On a fait d'énormes progrès comparativement à d'autres pays sur la parité dans nos services policiers », a-t-il précisé, estimant que le Canada pourrait contribuer à redorer l'image des Casques bleus. Justin Trudeau estime qu'une meilleure représentativité féminine est une piste de solution pour contrer la violence sexuelle.

Pour sa part, Ban Ki-moon a assuré qu'il mettrait en oeuvre les recommandations de la juge canadienne à la retraite Marie Deschamps, qui, dans un rapport d'un groupe d'experts mandaté par le secrétaire général, accusait l'ONU de « défaillance institutionnelle grave » dans sa gestion de la crise.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants