Le Brésil fait la guerre au virus Zika

Reuters
La présidente du Brésil Dilma Rousseff La présidente du Brésil Dilma Rousseff  Photo :  Paulo Whitaker / Reuters

La présidente brésilienne Dilma Rousseff déclare la guerre contre le virus Zika, appelant à une mobilisation nationale pour éradiquer le moustique responsable de l'épidémie.

« Nous n'avons pas encore de vaccin contre le Zika. La seule chose que nous pouvons faire est de combattre ce moustique », a-t-elle dit à la presse lors d'une visite dans un des centres sanitaires chargés de faire face à l'épidémie.

Le virus a été relié à plusieurs milliers de malformations néonatales au Brésil, dont des microcéphalies, une anomalie de la croissance de la boîte crânienne, et des déficiences sévères de la vue.

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la maladie due au virus Zika pourrait toucher à terme trois à quatre millions de personnes principalement en Amérique latine.
Margaret Chan, sa directrice générale, a annoncé la tenue lundi à Genève d'une réunion d'urgence pour définir les moyens à mettre en oeuvre face à une affection qui atteint, selon elle, des « proportions alarmantes ».

Comme la dengue et le chikungunya, le Zika est transmis par les moustiques du genre Aedes qui sévit principalement dans la zone intertropicale.

Il n'existe ni traitement curatif ni vaccin, et 80 % des porteurs du virus ne présentent aucun symptôme. Le virus peut avoir des conséquences dramatiques pour les femmes enceintes, dans la mesure où il provoque des malformations foetales.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants