Un attentat contre un centre de vaccination au Pakistan fait 15 morts

Reuters
Des policiers et des secouristes pakistanais arrivent sur les lieux d'un attentat suicide contre un centre de vaccination contre la polio à Quetta, au Pakistan. Des policiers et des secouristes pakistanais arrivent sur les lieux d'un attentat-suicide contre un centre de vaccination contre la polio à Quetta, au Pakistan.  Photo :  PC/Arshad Butt

Un attentat-suicide a fait au moins 15 morts mercredi au Pakistan à proximité d'un centre de vaccination contre la polio à Quetta, dans l'ouest du pays, annonce la police.

Douze policiers qui assuraient la protection du personnel de santé ainsi qu'un membre des forces paramilitaires sont au nombre des personnes tuées. Deux civils ont également péri et on compte 25 blessés.

L'attentat a été revendiqué séparément par les talibans pakistanais et le Jundullah. Les deux mouvements sont proches, mais le second a rallié la cause du groupe armé État islamique. « C'était un attentat-suicide, nous en avons relevé des preuves », a déclaré à Reuters le chef de la police pour la province du Baloutchistan, Ahsan Mehboob.

L'explosion s'est produite à l'arrivée d'une camionnette de la police au centre de vaccination.

« Dans les jours qui viennent, nous allons nous attaquer à d'autres centres de vaccination contre la polio et à leur personnel », a promis un homme qui se présente comme l'un des chefs du Jundullah et le porte-parole du mouvement, Ahmed Marwat.

Les campagnes de vaccination des enfants contre la polio se heurtent à de très vives résistances au Pakistan, où des rumeurs présentent les équipes médicales comme des espions travaillant pour des pays occidentaux. D'autres les accusent d'inoculer des vaccins qui rendent stériles.

D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Pakistan et l'Afghanistan voisins sont les deux seuls pays au monde où la polio reste endémique.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants