Migrants : Merkel durcit le ton, manifestation d'extrême droite à Cologne

Reuters
Le reportage de Laurent Therrien

Les migrants condamnés, y compris à des peines avec sursis, doivent perdre leur droit d'asile, a déclaré samedi Angela Merkel face à la contestation qui s'exprime en Allemagne après les agressions sexuelles commises sur quelque 120 femmes lors du réveillon du Nouvel An à Cologne.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur a indiqué vendredi qu'au moins 22 demandeurs d'asile avaient été identifiés à ce stade parmi les auteurs de ces violences en série. Au total, 32 suspects ont été identifiés et interrogés, neuf sont de nationalité algérienne, huit sont marocains, cinq iraniens et quatre syriens. Trois autres sont allemands.

« Le droit d'asile peut être perdu si quelqu'un est condamné à une peine de sursis ou de prison ferme », a déclaré la chancelière allemande à Mayence après une réunion de son parti, la CDU.

« Les criminels en série, qui se livrent à des vols répétés ou à des agressions répétées sur des femmes, doivent subir toute la sévérité de la loi », a ajouté Angela Merkel.

Le droit allemand prévoit qu'un réfugié ne peut être déporté vers son pays d'origine que s'il est condamné à au moins trois années d'emprisonnement et dans la mesure où son renvoi ne constitue pas un danger pour sa vie.

Manifestation à Cologne

Environ 1700 policiers ont été mobilisés samedi à Cologne pour faire face à une manifestation du mouvement islamophobe Pegida. Deux personnes ont été blessées lors d'échauffourées et la police a procédé à plusieurs interpellations.

Les manifestants ont lancé des pétards et des bouteilles en direction des forces de l'ordre qui tentaient de les faire refluer vers la gare d'où était parti leur défilé à l'aide de
canons à eau.

Un rassemblement distinct organisé par la gauche a réuni 2000 personnes, principalement des femmes, près de la gare de Cologne où de nombreuses agressions ont été commises lors du réveillon.

« Nous souhaitons limiter les obstacles à la déportation et à l'expulsion d'étrangers qui ont commis des crimes », a fait savoir la CDU dans un communiqué. Ces mesures exigeraient une modification de la loi allemande.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants