Michaëlle Jean, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie

Radio-Canada avec La Presse Canadienne et Agence France-Presse
Le reportage de Jean-François Bélanger

Pour la première fois, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) sera dirigée par une femme : Michaëlle Jean sera la nouvelle secrétaire générale.

C'est au terme de difficiles tractations que le nom de l'ancienne gouverneure générale du Canada a été annoncé à Dakar pour succéder au Sénégalais Abdou Diouf. Elle entrera en poste en janvier 2015.

S'installant déjà dans son rôle de secrétaire générale, Mme Jean a prononcé un discours axé sur « l'idée d'une Francophonie économique ». Elle plaide pour la concertation entre les pays membres afin de donner « une nouvelle pertinence à la Francophonie ». Mme Jean souhaite notamment réduire les écarts de richesses entre les pays de l'organisation.

Plus tôt, la nouvelle secrétaire générale de l'OIF avait réagi sur son compte Twitter, écrivant : « Ensemble, traçons le chemin de la Francophonie du XXIe siècle. »

Dans un communiqué rendu public par son équipe de campagne, Mme Jean dit mesurer la tâche qui l'attend. Plaidant pour une « Francophonie moderne et tournée vers l'avenir », elle s'engage à prendre grand soin de l'héritage légué par son prédécesseur, Abdou Diouf.

Le premier ministre Stephen Harper s'est félicité que, pour la première fois de son histoire, la Francophonie ait une Canadienne à sa tête.

« Elle saura incarner le renouveau et la modernité dont a besoin la Francophonie du XXIe siècle et être à l'écoute des chefs d'État et de gouvernement ainsi que de leurs citoyens. » — Stephen Harper, premier ministre du Canada

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, se réjouissent eux aussi du « choix consensuel » de Michaëlle Jean comme nouvelle secrétaire générale de la Francophonie.

« Elle saura donner un nouvel essor à l'espace francophone en mettant de l'avant l'importance des échanges économiques entre les États membres », a mentionné M. Couillard.

Le président français, François Hollande, salue le choix de Michaëlle Jean à la tête de l'OIF. Il estime que l'organisation envoie ainsi un signal fort en choisissant pour la première fois une femme, mais aussi « la représentante d'une Francophonie qui vient de tous les continents et qui peut ainsi rassembler ».

Âgée de 57 ans, Michaëlle Jean a été gouverneure générale du Canada de 2005 à 2010. Elle figurait parmi les cinq candidats à la succession d'Abdou Diouf, qui conclut un mandat de 12 ans à la tête de l'OIF.

Les quatre autres candidats, l'ex-président burundais Pierre Buyoya, l'écrivain et diplomate congolais Henri Lopes, l'ex-premier ministre mauricien Jean-Claude de l'Estrac et l'ancien ministre équato-guinéen Agustin Nze Nfumu, venaient tous du continent africain.

Michaëlle Jean Michaëlle Jean  Photo :  Radio-Canada

La tradition voulait que le poste de secrétaire général de l'OIF, créé 1997, soit confié à un Africain.

Née à Port-au-Prince, en Haïti, Michaëlle Jean part pour le Québec à l'âge de 11 ans, en 1968, avec sa famille qui fuit le régime dictatorial de François Duvalier.

Après une expérience comme enseignante à la Faculté d'études italiennes à l'Université de Montréal, elle devient journaliste et rejoint la télévision de Radio-Canada en 1988.

En 1995, elle devient journaliste-présentatrice au Réseau de l'information de Radio-Canada (RDI), avant d'être appelée au poste de gouverneure générale du Canada.

En novembre 2010, Michaëlle Jean devient l'envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti.

Michaëlle Jean en entrevue avec Jean-François Bélanger

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu