Proche-Orient, l’éternel conflit

Meurtre d'un jeune Palestinien : les affrontements se poursuivent en Israël

Radio-Canada avec Reuters et Agence France-Presse
La police israélienne riposte aux manifestants palestiniens dans la ville de Ar'ara, dans le nord du pays. La police israélienne riposte aux manifestants palestiniens dans la ville de Ar'ara, dans le nord du pays.  Photo :  JACK GUEZ/AFP/Getty Images

En Israël, la tension s'est de nouveau accentuée samedi dans plusieurs villages arabes au lendemain des funérailles du jeune Palestinien, Mohamed Abou Khoudaïr, 16 ans, enlevé et tué par des inconnus dans la nuit de mardi à mercredi à Jérusalem. Un rapport d'autopsie montre qu'il a été brûlé vif.

Selon le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sa mort serait en représailles au meurtre de trois jeunes israéliens, enlevés le 12 juin et dont les corps ont été retrouvés lundi en Cisjordanie.

Ces deux incidents n'ont fait que raviver les tensions entre les Israéliens et les Palestiniens, profondément choqués par la mort de ces adolescents.

Samedi, des affrontements ont eu lieu dans des secteurs arabes habituellement calmes. Des manifestants ont jeté des pierres et des bombes incendiaires contre des voitures passantes. Un automobiliste juif a même été sorti de force de sa voiture, mais a réussi à fuir avant que son véhicule soit incendié.

La police a procédé à plusieurs dizaines d'arrestations.

De plus, l'aviation israélienne a bombardé trois sites du Hamas le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, en riposte à des tirs d'obus de mortiers et de roquettes contre l'État hébreu.

Brûlé vif

Les premiers résultats de l'autopsie de Mohamed Abou Khoudaïr montrent qu'il a été brûlé vif. « Des brûlures causées par le feu et leurs complications sont la cause directe de la mort », a déclaré Mohammed al Aoueoui, le procureur général palestinien, cité par l'agence de presse officielle palestinienne Wafa, vendredi soir.

Selon Saber al Aloul, le directeur de l'institut de médecine légale palestinien, le corps de l'adolescent était brûlé à 90 %. De plus, des cendres ont été retrouvées dans le système respiratoire du jeune homme, démontrant que « le garçon a inhalé ces matières alors qu'il était brûlé vif ».

Des Palestiniens devant une affiche montrant l'adolescent Mohamed Abou Khoudaïr, le 4 juillet 2014 Des Palestiniens devant une affiche montrant l'adolescent Mohamed Abou Khoudaïr  Photo :  Finbarr O'Reilly / Reuters

Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a qualifié la mort de Mohamed Abou Khoudaïr de « meurtre répugnant ».

Craintes d'une nouvelle intifada

La multiplication des manifestations violentes au cours des derniers jours fait craindre le déclenchement d'une nouvelle intifada.

Vendredi, des milliers de Palestiniens assistant aux funérailles de Mohamed Abou Khoudaïr ont appelé à nouveau au soulèvement contre Israël. La foule a lancé des pierres et la police israélienne a riposté à l'aide de gaz lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de balles de caoutchouc.

Pour sa part, Israël continue d'accuser le Hamas pour la mort des trois adolescents israéliens. Le mouvement islamiste n'a pas confirmé ni démenti son implication dans leur assassinat.

Arrestation d'un adolescent américain

Selon les États-Unis, un adolescent américain, le cousin de Mohamed Abou Khoudaïr, aurait été arrêté et « sévèrement battu » par la police israélienne.

Dans un communiqué, Washington a « condamné l'usage excessif de la force » dont aurait été victime Tareq Abou Khdeir, 15 ans. Le jeune, originaire de Tampa en Floride, visitait de la famille en Israël et aurait participé à une manifestation à Jérusalem-Est.

Washington a affirmé « sa profonde inquiétude devant la montée des violences et appelle toutes les parties à prendre des mesures pour rétablir le calme et empêcher que des innocents soient touchés. »

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook