Proche-Orient, l’éternel conflit

L'Holocauste est le crime le plus odieux de l'ère moderne, dit Abbas

Reuters
Le président palestinien Mahmoud Abbas, lors d'un discours devant des membres de l'OLP à Ramallah, le 26 avril Le président palestinien Mahmoud Abbas, lors d'un discours devant des membres de l'OLP à Ramallah, le 26 avril  Photo :  Mohamad Torokman / Reuters

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que l'extermination des juifs dans les camps de concentration de l'Allemagne nazie était « le plus abominable » des crimes contre l'humanité de l'époque moderne.

Ce n'est pas la première fois que le président de l'Autorité palestinienne condamne l'extermination des juifs durant la Deuxième Guerre mondiale.

Mais le moment choisi pour cette nouvelle déclaration, diffusée dimanche par ses services, alors que le processus de paix israélo-palestinien est totalement à l'arrêt, lui confère une signification particulière.

« Ce qui est arrivé aux juifs lors de l'Holocauste est le crime contre l'humanité le plus abominable commis lors de l'époque moderne », a-t-il dit lors d'une rencontre cette semaine avec le rabbin Marc Schneir, qui préside à New York une fondation oeuvrant pour la compréhension entre les peuples et les religions, précise l'agence palestinienne de presse Wafa.

Le peuple palestinien, a ajouté Abbas lors de cet entretien, est « le premier à réclamer que soient levés l'injustice et le racisme dont sont victimes d'autres peuples soumis à de tels crimes ».

La diffusion de ce message, en arabe et en anglais, coïncide avec la Journée annuelle du souvenir de la Shoah commémorée en Israël.

La déclaration d'Abbas comporte en outre l'expression de ses condoléances pour les familles des victimes.

La semaine passée, l'annonce d'un accord entre l'OLP d'Abbas et les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza depuis 2007, en vue de la constitution d'un gouvernement palestinien d'unité suivi dans les six mois d'élections a provoqué la colère du gouvernement israélien, qui a suspendu sa participation au processus de paix.

Les États-Unis, parrains de ce nouveau cycle de négociations lancé l'été dernier et qui considèrent le Hamas comme une organisation terroriste, ont exprimé leurs inquiétudes.

Aucun responsable israélien n'a commenté les propos du président palestinien sur l'Holocauste. Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a en revanche accusé Abbas de faire alliance
avec le Hamas.

« Le Hamas nie l'Holocauste tout en s'efforçant d'en créer un autre en détruisant Israël. Et c'est avec ce Hamas-là qu'Abou Mazen [ndlr, Mahmoud Abbas] a choisi de former une alliance la semaine passée », a-t-il dit dimanche lors du Conseil des ministres.

Un porte-parole du chef du gouvernement a précisé que ses propos ne constituaient pas une réponse directe à la déclaration d'Abbas.

Israël-Palestine, les racines d'un conflit. Consultez notre dossier.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook