Deux policiers français inculpés pour le viol d'une Canadienne

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Le récit de Nathalie Cloutier

Deux policiers d'élite français ont été mis en examen pour viol en réunion sur une touriste canadienne au sein même du siège historique de la police judiciaire parisienne, le 36 quai des Orfèvres. Le gouvernement français a promis la fermeté dans cette affaire.

Les deux hommes ont été inculpés dans la nuit de samedi à dimanche. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Au total, quatre policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) avaient été placés en garde à vue jeudi. Deux d'entre eux ont été remis en liberté samedi.

L'un des deux hommes mis en examen a reconnu avoir eu une relation sexuelle avec la plaignante, une Torontoise de 34 ans, mais soutient qu'elle était consentante. Tout comme ses collègues, il avait nié tout rapport dans un premier temps.

Les faits dénoncés par la plaignante auraient eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi. La victime présumée aurait rencontré les policiers dans un bar situé à proximité du poste de police. Elle aurait ensuite accepté de les suivre dans leurs locaux.

Cette affaire a provoqué une onde de choc au siège de la police judiciaire parisienne. L'emblématique « 36 », surnommé ainsi pour son adresse, abrite des services d'élite comme la Brigade criminelle ou la BRI, un corps de police antigang.

Dans une déclaration, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a promis dimanche de tirer « toutes les conséquences » si les faits étaient avérés. Il a renouvelé « son entière confiance » aux membres de la police parisienne au moment où, « par les manquements de quelques-uns, l'institution dont ils sont légitimement fiers est affectée ».

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook