Naufrage en Corée du Sud : le premier ministre démissionne

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Reuters et BBC
Chung Hong-won Chung Hong-won  Photo :  AP/Ahn Young-joon

Le naufrage meutrier du traversier Sewol en Corée du Sud, le 16 avril, aura eu raison du premier ministre du pays : il a annoncé sa démission dimanche. Son gouvernement a été durement critiqué pour sa gestion de la catastrophe.

Plus de 300 personnes ont perdu la vie ou sont portées disparues. La plupart sont des étudiants et des enseignants d'une école secondaire qui effectuaient une sortie scolaire. 

Des parents furieux ont dénoncé à plusieurs reprises la lenteur des opérations de sauvetage et les mauvaises informations qu'ils ont reçues. 

« Je voulais démissionner plus tôt, mais ma priorité était de gérer la situation. Je pensais qu'il était responsable d'aider avant de m'en aller », a déclaré Chung Hong-won dans une brève annonce.

« Je démissionne maintenant pour ne pas être un fardeau pour l'administration. » — Chung Hong-won

Le premier ministre a été hué et quelqu'un lui a jeté une bouteille d'eau au visage lorsqu'il a visité les parents en deuil au lendemain de la catastrophe.

La démission du premier ministre apparaît davantage comme un geste symbolique puisque le pouvoir exécutif de la Corée du Sud est entre les mains de la présidente Park Geun-hye. Cette dernière n'a pas réagi pour l'instant. 

Samedi, les 15 membres de l'équipage du traversier sud-coréen ont été emprisonnés. Il sont accusés de négligence et d'avoir abandonné des gens en péril. Le capitaine aurait demandé aux passagers de rester dans leurs chambres et aurait mis 30 minutes à donner l'ordre d'évacuation, alors que le navire était trop incliné pour permettre à de nombreuses personnes de s'échapper.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook