Perquisition au domicile du pilote de l’avion disparu de Malaysia Airlines

Radio-Canada avec Associated Press, Agence France-Presse et La Presse Canadienne
Le reportage de Marie-Claude Guay

La police a commencé samedi à perquisitionner le domicile du pilote du Boeing 777 de Malaysia Airlines, après que le premier ministre malaisien eut confirmé que le vol avait été délibérément dévié de sa route.

Les policiers sont arrivés à la résidence du capitaine de 53 ans, Zaharie Ahmad Shad, peu après la fin de la conférence de presse de Najib Razak.

Selon le premier ministre Razak, la disparition du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines il y a une semaine ne peut s'expliquer sans l'intervention d'une personne à bord de l'avion.

Les mouvements du vol MH370 correspondent à l'acte délibéré de quelqu'un qui a fait rebrousser chemin à l'appareil au-dessus de la Malaisie pour lui faire poursuivre sa route vers l'ouest, a déclaré le premier ministre malaisien Najib Razak, samedi en point de presse.

Les enquêteurs ont par ailleurs confirmé que l'avion non identifié qui avait été détecté par radar militaire au-dessus de la péninsule malaisienne en direction du détroit de Malacca était bel et bien le vol MH370, a indiqué le chef du gouvernement malaisien.

Le premier ministre n'a toutefois pas confirmé la thèse du détournement d'avion, contrairement à ce qui avait été affirmé plus tôt par un membre du gouvernement impliqué dans l'enquête.

« Malgré les informations de presse faisant état d'un détournement de l'avion, je souhaite être très clair : nous continuons à enquêter sur toutes les possibilités concernant ce qui a fait dévier de sa route le MH370. » — Najib Razak, premier ministre malaisien

Un représentant du gouvernement avait indiqué plus tôt que les enquêteurs avaient conclu que l'avion avait été détourné par une ou plusieurs personnes ayant des connaissances excellentes en aéronautique leur permettant de désactiver les systèmes de transmission de données.

Fin des recherches en mer de Chine méridionale

Le gouvernement malaisien dispose d'informations indiquant que le Boeing avait dévié de sa route vers l'ouest de la Malaisie et met donc fin à ses recherches en mer de Chine méridionale, a annoncé le premier ministre.

Le pays est en train de réexaminer le déploiement de ses forces. Selon Najib Razak, de nouvelles données montrent que la dernière communication entre l'avion disparu et les satellites a eu lieu à 8 h 11 du matin, heure malaisienne.

Cela représente un délai d'environ sept heures après sa disparition des écrans radars du contrôle aérien civil à 1 h 22 du matin samedi dernier, moins d'une heure après son décollage.

L'avion était alors en train de voler au-dessus du golfe de Thaïlande du côté est de la Malaisie en direction du Vietnam.

L'appareil est ensuite apparu sur un écran radar militaire au large de la côte ouest de la Malaisie, à ce moment-là en tant qu'avion non identifié, avant d'en disparaître à 2 h 15, a expliqué le premier ministre malaisien.

Il a précisé que l'analyse des dernières communications de l'avion avec les satellites le plaçait dans l'un des deux couloirs suivant : un couloir nord allant du nord de la Thaïlande à la frontière du Kazakhstan et du Turkménistan, ou un couloir sud allant de l'Indonésie au sud de l'océan Indien.

Auparavant, une source américaine avait indiqué que le vol MH370 était peut-être tombé en panne de carburant au-dessus de l'océan Indien, avant de s'y abîmer, au vu des données électroniques reçues du Boeing 777.

La source a précisé que les impulsions envoyées par l'avion à des satellites pouvaient aussi laisser penser que l'appareil a continué à voler vers l'Inde, mais elle a présenté cette éventualité comme moins probable qu'une chute dans l'océan.

L'avion est disparu des écrans radars et a cessé toute communication 40 minutes après le début du vol, le 8 mars. Le Boeing 777 avait quitté Kuala Lumpur en direction de Beijing.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook