Seattle : cinq détenus en grève de la faim depuis vendredi

Radio-Canada avec Reuters et Associated Press
Prison  Photo :  iStockPhoto

Cinq détenus d'un établissement pour migrants de l'État de Washington ont été placés sous surveillance médicale mardi, au cinquième jour d'une grève de la faim.

L'agence fédérale chargée de l'immigration a confirmé que 27 détenus en grève de la faim avaient été mis en « isolation médicale » mardi, mais que 22 d'entre eux avaient finalement choisi de se nourrir par eux-mêmes. Elle n'a pas donné d'information sur l'état des cinq grévistes restants.

Au début du mouvement de protestation pour de meilleures conditions de détention et pour l'arrêt des déportations de migrants, des centaines de détenus faisaient la grève de la faim.

Un groupe d'appui aux demandeurs d'asile latino-américains, Latino Advocacy, a estimé que le nombre de grévistes était beaucoup plus élevé au début du mouvement, vendredi, mais que les détenus avaient été victimes d'intimidation de la part des autorités carcérales, qui les ont isolés et menacés.

« Ce sont des activistes et des lanceurs d'alerte. Ils racontent à tous les terribles conditions de vie auxquelles ils sont soumis, qui mettent leur santé en péril », a commenté la fondactrice de Latino Advocacy, Maru Mora-Villalpando.

Un porte-parole de l'agence de l'immigration a indiqué que les autorités voulaient améliorer les aspects des conditions de détention qui sont critiqués. Il a aussi promis que l'alimentation forcée ne serait utilisée qu'en dernier recours.

Les détenus demandent notamment l'amélioration de leur alimentation, une augmentation de leur salaire, actuellement d'un dollar par jour, et une réduction du prix de la caution à payer pour être libéré en attendant les audiences.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook