Corée du Nord : l’escalade

L'ONU entend les témoignages de rescapés de camps nord-coréens

Prison  Photo :  iStockPhoto

Exécutions publiques et actes de torture sont monnaie courante dans les prisons nord-coréennes, à en croire les témoignages d'anciens détenus recueillis par une commission d'enquête des Nations unies qui a lancé mardi une série d'audiences dans la capitale sud-coréenne.

C'est la première fois que les violations des droits de l'homme en Corée du Nord sont examinées par un panel d'experts. Pyongyang nie bafouer les droits de l'homme et refuse de reconnaître la commission de l'ONU sur le sujet et de collaborer avec les enquêteurs.

Les récits poignants des réfugiés vivant désormais dans le sud de la péninsule racontent notamment comment les gardes ont sectionné le doigt d'un homme ou contraint une mère à tuer son propre enfant.

« Je n'avais aucune idée... Je pensais que toute ma main allait être amputée jusqu'au poignet, donc je me suis senti chanceux de n'avoir qu'un seul doigt coupé », a déclaré Shin Dong-hyuk, puni pour avoir laissé tomber une machine à coudre.

Shin Dong-hyuk, qui s'est évadé du camp 14, la prison nord-coréenne où il a vu le jour, a déclaré qu'à son avis, l'enquête de la commission des Nations unies était la seule
manière d'améliorer la situation des droits de l'homme dans son pays.

« [...] les Nord-Coréens ne peuvent pas se défendre avec des armes comme en Libye ou en Syrie... Personnellement, je pense que c'est le premier et le dernier espoir qu'il reste », a-t-il dit.

Entre 150 000 et 200 000 personnes se trouvent dans des prisons nord-coréennes, selon des estimations indépendantes. Des transfuges passés au Sud affirment que de nombreux détenus souffrent de malnutrition et meurent d'épuisement.

Le sujet ne fait curieusement pas recette en Corée du Sud, où les transfuges venus du Nord sont en grande partie ignorés. Une dizaine de personnes seulement, dont quelques journalistes, ont ainsi assisté mardi aux auditions publiques organisées dans une université du centre de Séoul.

Reuters

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook