Mort de Trayvon Martin : George Zimmerman est acquitté

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
George Zimmerman, soulagé George Zimmerman, soulagé  Photo :  CNN

Le surveillant de quartier volontaire George Zimmerman a été reconnu non coupable, samedi soir, de la mort de Trayvon Martin, un adolescent noir de 17 ans abattu en février 2012 près d'Orlando, en Floride.

Les jurées étaient composées de six femmes : cinq blanches, une d'origine hispanique. Elles ont pris leur décision peu avant 22 h, après 16 heures de délibérations.

Après avoir pris connaissance du verdict, la juge Debra Nelson a avisé Zimmerman qu'il était libre et qu'il pouvait quitter.

« M. Zimmerman, j'ai signé le jugement qui confirme le verdict du jury, a-t-elle déclaré. Votre caution vous sera rendue. Votre bracelet électronique va vous être retiré à la sortie de cette pièce. Et vous n'avez plus rien à voir avec cette cour. ».

En entendant la décision du jury, Zimmerman a cligné des yeux et à peine souri. Son épouse, Shellie Zimmerman, avait les larmes aux yeux.

« Je pense que le procès de George Zimmerman était scandaleux, a commenté son avocat Don West. Je suis heureux pour George Zimmerman, mais je suis aussi ému que le jury ait fait en sorte que cette tragédie ne vire pas à la parodie », a-t-il ajouté.

La famille de Trayvon Martin, elle, était absente, mais le père de l'adolescent, Tracy, a écrit sur Twitter que même s'il avait le coeur brisé, sa foi n'avait pas été ébranlée et qu'il aimerait toujours son fils.

Retour sur les faits

Trayvon Martin rentrait chez lui le 26 février 2012 après être allé acheter des sucreries, lorsqu'il a été abattu d'une seule balle par Zimmerman, qui l'a poursuivi dans une propriété fermée par des grillages après une altercation. Ce dernier effectuait une ronde de surveillance dans son quartier résidentiel de Sanford, en banlieue d'Orlando.

L'accusé - dont le père est blanc et la mère péruvienne - plaidait avoir agi en légitime défense après avoir été jeté au sol et roué de coups; la stratégie des procureurs a quant à elle consisté à tenter de prouver que la mort de Trayvon Martin résultait d'un acte « raciste ».

Les jurées devaient décider si Zimmerman était un « aspirant-policier » qui a appliqué la loi à sa façon, ou un bénévole en surveillance de quartier aux bonnes intentions qui a abattu l'adolescent, qui n'était pas armé au moment des faits reprochés.

Ils devaient décider si l'accusé était :

  • coupable de meurtre au second degré, une peine passible de la prison à perpétuité;
  • coupable d'homicide volontaire, un crime passible de 30 ans de prison;
  • non coupable, faute de preuves suffisantes.

La dernière option a finalement prévalu.

Deux jours de délibérations

Plus tôt, samedi, les jurées avaient demandé des clarifications sur l'accusation d'homicide involontaire - laissant croire temporairement que cette accusation, moins grave que celle de meurtre non prémédité, était envisagée.

Les délibérations avaient commencé vendredi.

Déception dans le camp Martin

L'acquittement de George Zimmerman a déçu les manifestants qui se trouvaient à l'extérieur du palais de justice. L'acquittement de George Zimmerman a déçu les manifestants qui se trouvaient à l'extérieur du palais de justice.  Photo :  AP/John Raoux

En prenant connaissance du verdict, les partisans de la famille de Trayvon Martin, réunis à l'extérieur du tribunal, ont crié « Non! Non! »

« Aujourd'hui, la justice a trahi Trayvon Martin et sa famille », s'est indigné Roslyn Brock, présidente de la National Association of Colored People, dans un communiqué. Nous invitons immédiatement le département de la Justice à procéder à une enquête sur les atteintes aux droits civiques commis aux dépens de Trayvon Martin. Cette affaire a donné un nouvel élan au mouvement pour la fin du délit de faciès aux États-Unis", ajoute-t-elle.

Bernie de la Rionda, le procureur chargé de l'affaire, et ses deux adjoints se sont également dits « déçus » de l'issue du procès. « Mais nous l'acceptons, a-t-il déclaré. Nous vivons dans un grand pays doté d'un grand système judiciaire. Il n'est pas parfait, mais c'est le meilleur au monde et nous respectons le verdict du jury ».

Les leaders communautaires, craignant des violences, ont aussitôt appelé au calme après le verdict, alors que des marches de protestation spontanées ont eu lieu dans plusieurs villes, dont San Francisco, Philadelphie, Chicago, Washington et Atlanta.

« Évitez la violence, elle conduirait à d'autres tragédies. Trouvez un moyen de vous construire, pas de vous détruire, en cette période de désespoir. » — Jessie Jackson, pasteur et militant des droits civiques

Procès médiatisé

Les dirigeants des comités de défense de Trayvon Martin avaient appelé au calme, vendredi, quel que soit le verdict.

Des accusations de profilage racial portées contre Zimmerman et un délai de 44 jours avant l'arrestation de l'accusé avaient provoqué des manifestations à l'échelle du pays avant et pendant le procès.

L'affaire avait également relancé le débat sur le contrôle des armes à feu.

Même le président Barack Obama, premier président noir des États-Unis, s'était exprimé sur cette affaire, qui a entraîné la démission du chef de la police de Sanford et attiré l'attention du département de la justice sur cette localité de 54 000 âmes voisine du Disney World d'Orlando.

« Si j'avais un fils, il ressemblerait à Trayvon », avait-il déclaré.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

info en continu

Facebook