Le marathon de Boston, un an après l'attentat

Attentat à Boston : des images, des rumeurs, mais pas d'arrestation

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Le reportage d'Yvan Côté

Pendant que des journalistes se rassemblaient mercredi devant un tribunal fédéral à Boston pour attendre l'arrivée d'un suspect, la police a affirmé qu'aucune personne n'avait été arrêtée relativement à l'attentat de lundi.

Un point de presse du FBI a d'ailleurs été reporté à deux reprises, avant d'être annulé en soirée. L'un des reports a été attribué à une alerte à la bombe au palais de justice de Boston.

En raison de la multiplication d'informations rapportées par les médias américains sur l'arrestation d'un suspect, le FBI a publié un communiqué dans lequel il a démenti toute arrestation et a demandé aux médias de vérifier leurs informations par les canaux officiels avant de les publier.

Auparavant, CNN et The Boston Globe rapportaient que le FBI avait identifié un suspect grâce à des images de caméra de surveillance.

Pour ceux qui ont un téléphone intelligent et qui veulent avoir accès à la conversation en direct, cliquez ici.

Des débris de nylon noir pouvant provenir d'un sac ayant servi à transporter l'une des bombes. Des débris de nylon noir pouvant provenir d'un sac ayant servi à transporter l'une des bombes.  Photo :  AFP/FBI

Des autocuiseurs remplis de poudre à canon et de pièces de métal ont sans doute été utilisés pour commettre l'attentat de lundi, à l'arrivée du marathon de Boston. Le FBI promet de ne ménager aucun effort et de porter l'enquête partout où il le faudra pour retrouver le ou les coupables.

Pour l'instant, les enquêteurs du FBI n'ont toujours reçu aucune revendication. Ils n'ont pas encore établi le motif et n'ont arrêté aucun suspect après le double attentat qui a fait 3 morts et 176 blessés.

Les enquêteurs, qui ont retrouvé des morceaux de nylon noir sur les lieux des attentats, pensent que les bombes se trouvaient à l'intérieur de sacs de couleur sombre qui devaient être lourds à transporter, a déclaré un responsable du FBI, Richard DesLauriers.

Tous les fragments recueillis par les enquêteurs ont été envoyés pour analyse au laboratoire du FBI en Virginie.

« Notre enquête ne va pas s'arrêter à la ville de Boston. [...] Nous allons aller jusqu'au bout du monde pour identifier le ou les sujets qui sont responsables de ce crime ignoble et nous ferons tout ce que nous pourrons pour les traduire devant la justice. » — Rick DesLauriers, agent du FBI

Hommage aux victimes

Lizzie Lee, 56 ans, originaire de l'État de Washington, qui participait à son premier marathon de Boston, rend hommage aux victimes. Lizzie Lee, 56 ans, originaire de l'État de Washington, qui participait à son premier marathon de Boston, rend hommage aux victimes.  Photo :  Julio Cortez

Le président Barack Obama, qui se rendra jeudi à Boston pour une cérémonie oecuménique en hommage aux victimes, a parlé d'« acte terroriste odieux et lâche » et la police a fait savoir que certains secteurs du centre de la ville pourraient rester fermés pendant plusieurs jours, le temps que les enquêteurs mènent leur travail d'investigation.

« Rien ne permet de penser que les explosions de Boston font partie d'un complot plus large », a déclaré Janet Napolitano, secrétaire à la Sécurité intérieure.

Veillée en hommage aux victimes du double attentat de lundi à Boston Veillée en hommage aux victimes du double attentat de lundi à Boston  Photo :  MARK HAMES

La ville traumatisée, mais confortée par la générosité de multiples gestes d'entraide, a rendu mardi soir un hommage aux victimes, à l'occasion de différentes veillées. L'une d'entre elles a été consacrée à la plus jeune des victimes, un petit Bostonien de 8 ans, Martin Richard, dont la soeur de 6 ans a perdu une jambe et pourrait subir une amputation de la deuxième, selon les médias américains.

Plus de 1000 personnes se sont recueillies à la lueur de bougies, dans un parc proche de la maison du petit garçon. Près de 700 personnes se sont également recueillies dans l'église d'Arlington Street, proche de l'endroit où s'est produit le double attentat.

17 des 176 blessés sont toujours dans un état critique et certains devront subir plusieurs opérations dans les jours à venir. Les médecins ont fait état de profondes blessures, en raison des clous et fragments ajoutés aux bombes pour multiplier leur impact. Une dizaine de blessés ont dû être amputés.

Rick DesLauriers le responsable du FBI, en conférence de presse, mardi Rick DesLauriers le responsable du FBI, en conférence de presse, mardi  Photo :  AFP/DARREN MCCOLLESTER

Outre le garçon de 8 ans, les deux autres victimes sont une jeune restauratrice de 29 ans, Krystle Campbell, ainsi qu'une étudiante chinoise qui suivait des cours à l'Université de Boston, et dont l'identité n'a pas été rendue publique à la demande de la famille.

Les attentats de Boston sont les plus graves commis aux États-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001.

La surveillance a été renforcée dans la plupart des grandes villes américaines, ainsi qu'aux frontières canado-américaines. Les sacs suspects sont fouillés dans de nombreux aéroports.

Bien qu'ils affirment n'écarter aucune piste pour le moment, les enquêteurs étudient particulièrement la thèse d'un attentat terroriste intérieur, notamment en raison du jour choisi pour commettre l'attentat : le Patriots Day, qui correspond aussi au dernier jour aux États-Unis pour produire les déclarations d'impôts. Le 15 avril est aussi le jour anniversaire de la mort du président Abraham Lincoln, assassiné en 1865 par un sympathisant sudiste.

L'autre possibilité serait la piste islamiste. Le fait qu'il y ait eu deux explosions quasi simultanées évoque le mode opératoire prôné par le magazine Inspire, publication en ligne qui émane d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook