Le marathon de Boston, un an après l'attentat

Barack Obama rendra hommage aux victimes à Boston jeudi

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Point de presse de Barack Obama sur l'attentat de Boston

Le président des États-Unis, Barack Obama, se rendra à Boston jeudi pour assister à un service oecuménique et prendra la parole pour rendre hommage aux victimes du double attentat qui a endeuillé le marathon de Boston, lundi. 

Mardi, le président Obama s'est exprimé brièvement depuis la Maison-Blanche au sujet de l'attentat de la veille, qui a fait 3 morts et 176 blessés, tandis que l'enquête se poursuit.

Le président américain a promis notamment de trouver les auteurs de l'attentat et de les traduire devant la justice. Il a aussi parlé pour la première fois d'un acte terroriste, dont les commanditaires restent inconnus.

« C'est un geste de haine et de lâcheté, qui fait des victimes innocentes », a dit Barack Obama. « Nos pensées vont aux victimes, à leur famille et à la ville de Boston », a dit le président, mentionnant notamment la mort d'un garçon de 8 ans.

« Nous ne savons pas qui a planifié cette attaque ni pourquoi. Est-ce commandité de l'intérieur ou de l'international ou est-ce l'oeuvre d'un individu? L'enquête prendra du temps, pour suivre toutes les pistes, mais nous trouverons les responsables et les traduirons devant la justice », a dit Barack Obama.

Hier, M. Obama avait donné l'ordre de prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter sur les explosions qui ont eu lieu en marge du célèbre marathon. Il a aussi demandé d'accroître la sécurité partout au pays. 

Le gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, a annoncé qu'un service religieux interconfessionnel aura lieu jeudi matin à Boston. Le président Obama y prendra part.

Pour ceux qui ont un téléphone intelligent et qui veulent avoir accès aux tweets, cliquez ici.

Les autorités américaines demandent l'aide du public

En point de presse mardi après-midi, le gouverneur Patrick a rappelé que deux engins explosifs seulement avaient été trouvés lundi près de la ligne d'arrivée du marathon annuel de Boston.

L'agent spécial Richard DesLauriers, responsable du FBI à Boston qui dirige maintenant l'enquête, a expliqué que les enquêteurs avaient commencé à recueillir les éléments de preuve. Le tout a été envoyé au laboratoire.

Il croit que les explosifs étaient dissimulés dans de gros sacs à dos ou des sacs en plastique de couleur noire.

M. DesLauriers a rappelé qu'il n'y avait pour le moment aucune revendication. Il a réitéré sa demande de collaboration du public pour faire avancer l'enquête qui vise à trouver les auteurs de l'attentat.

Tout individu qui aurait exprimé le désir de cibler le marathon ou un intérêt pour la fabrication d'engins explosifs ou des bruits d'explosions dans des endroits reculés doit être signalé, a ajouté l'agent spécial.

M. DesLauriers a aussi demandé aux commerçants de garder tous leurs enregistrements vidéo.

Les deux explosions qui se sont produites près de la ligne d'arrivée du marathon de Boston ont fait trois morts et 176 blessés, dont 17 dans un état critique, a indiqué la police dans un nouveau bilan.

Rick DesLauriers le responsable du FBI, en conférence de presse, mardi Rick DesLauriers le responsable du FBI, en conférence de presse, mardi  Photo :  AFP/DARREN MCCOLLESTER

Le FBI a pour sa part déclaré qu'il n'y avait pas de « menaces supplémentaires connues » à Boston, à l'heure actuelle.

« Nous avons déjà reçu de très nombreuses informations, a précisé Richard DesLauriers. Nous étudions un grand nombre d'indices et de pistes. »

« Notre enquête ne va pas s'arrêter à la ville de Boston. Elle devrait s'étendre. Il s'agira d'une enquête mondiale. Nous allons aller jusqu'au bout de la terre pour identifier le ou les sujets qui sont responsables de ce crime ignoble et nous ferons tout ce que nous pourrons pour les traduire devant la justice. » — Rick DesLauriers, agent du FBI

« Nous sommes actuellement en train d'interroger une grande variété de témoins », a-t-il ajouté. Le FBI a en outre précisé qu'il ne disposait pas d'informations sur d'éventuelles menaces avant le marathon, lundi.

Les enquêteurs se sont refusés à donner le moindre détail sur le type de bombe qui a explosé, ou s'il s'agissait de terrorisme international ou intérieur.

De son côté, la police de Boston reconnaît qu'il s'agit de la scène de crime la plus complexe de son histoire.

Plusieurs rues de Boston demeurent toujours fermées en centre-ville autour du lieu de l'attentat et les mesures de sécurités sont renforcées.

Les policiers américains ont procédé à au moins une perquisition. Elle a eu lieu en toute fin de journée lundi dans un appartement de Revere, en banlieue de Boston. Tôt mardi, des policiers ont été vus quittant cet appartement en emportant des sacs et des boîtes. La police a confirmé que cette perquisition était liée aux attentats.

Les autorités ont confirmé qu'un garçon de huit ans comptait parmi les trois personnes qui ont perdu la vie lors de ces explosions. La mère et la soeur de la petite victime auraient également été blessées, au moment où elles attendaient de voir le père franchir le fil d'arrivée.

Des « cocottes minute » remplies de pièces de métal

Les deux bombes ayant explosé lundi après-midi étaient constituées d'autocuiseurs de six litres dissimulés dans des sacs de sport noirs, selon une source citée par l'Associated Press.

Cette personne, au courant de l'enquête, a révélé mardi sous le couvert de l'anonymat que les engins explosifs avaient été posés à même le sol et contenaient des morceaux de métal, des clous et des roulements à billes.

D'après la source, les forces de l'ordre ont en leur possession certaines composantes des bombes mais ne savent pas encore ce qui a été utilisé pour les faire détoner.

Les deux explosions se sont produites presque simultanément à environ 90 mètres de distance l'une de l'autre, renversant des spectateurs et au moins un coureur, faisant éclater les fenêtres et noyant la rue de fumée.

Elles sont survenues environ quatre heures après le début de la course. À ce moment particulier, plus de 17 000 des participants avaient complété le parcours, mais quelque 4000 autres avaient franchi le 38e kilomètre et se dirigeaient vers la ligne d'arrivée.

Certains analystes croient que les explosions avaient été prévues à ce moment pour maximiser le nombre de victimes, puisque les coureurs récréatifs mettent environ quatre heures à parcourir un marathon. Le secteur de la ligne d'arrivée est donc bondé à ce moment, puisque des dizaines de personnes franchissent la ligne d'arrivée en même temps sous les applaudissements de proches venus les acclamer.

Non revendiqués

Les talibans pakistanais, qui ont déjà menacé de frapper les États-Unis en raison de leur soutien au gouvernement du Pakistan, ont nié mardi toute implication dans ces explosions.

Selon des médias américains, la police interrogeait un jeune Saoudien présent sur le lieu des explosions, mais les autorités soulignaient qu'elles interrogeaient de nombreux témoins et que personne n'avait à ce stade été arrêté.

Les médias américains explorent aussi la thèse d'attentats commis par des groupes extrémistes américains.

Un rapport de la police d'État de 2003, cité mardi par le Boston Globe, avertissait que le marathon de Boston était une « cible de choix possible » pour les terroristes, en raison du grand nombre de participants et de spectateurs, d'un auditoire télé très important et du fait que l'événement se tienne le Jour des Patriotes (un jour férié), tout juste avant la date anniversaire de deux autres attentats, soit celui d'Oklahoma City, le 19 avril, et celui de l'école Columbine, le 20 avril.

Néanmoins, la sécurité au marathon avait été grandement renforcée, comme pour tous les événements publics aux États-Unis, à la suite du 11 Septembre.

Quelque 23 000 coureurs, dont plus de 2000 Canadiens, ont participé au marathon, l'un des plus anciens et des plus prestigieux au monde. La course a lieu le jour des Patriotes, qui commémore les premières batailles de la révolution américaine à Concord et Lexington en 1775.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook