Bombes à Boston : 3 morts, 176 blessés

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Le récit de Frédéric Nicoloff

Le dernier bilan officiel des deux importantes explosions qui se sont produites au marathon de Boston, lundi après-midi, font état d'au moins trois morts, dont un garçon de 8 ans, et 176 blessés, dans ce qui a toutes les apparences d'attentats.

Plusieurs personnes sont toujours traitées dans divers hôpitaux de la ville. Le Dr Peter Fagenholz, chirurgien au Massachusetts General Hospital, où sont hospitalisées 29 personnes, dont 8 dans un état critique, a affirmé avoir pratiqué plusieurs amputations. D'autres victimes ont été blessées par des éclats de métal (shrapnel), notamment au bas du corps.

Vers 15 h, deux déflagrations se sont produites à 167 mètres de distance rue Boylston, l'une près du fil d'arrivée du marathon et l'autre un peu avant, alors que des milliers de coureurs achevaient la 117e édition du marathon, devant une foule de spectateurs.

La police de Boston a précisé que des « engins puissants » étaient à l'origine des déflagrations.

Une troisième explosion s'est produite quelques minutes plus tard à la bibliothèque présidentielle John F. Kennedy, à Columbia Point, laissant croire qu'elle était reliée aux deux premiers incidents. La police locale a cependant démenti cette information, affirmant que l'explosion était plutôt liée à un feu. On ne rapporte pas de blessés.

Images d'une explosion au marathon de Boston

Au cours de l'après-midi, les médias ont montré des rues jonchées de débris et de nombreux secouristes portant des brancards. Plusieurs images de personnes ayant perdu des membres ont circulé sur Internet.

Des témoins décrivent des scènes d'horreur. « Ils ont juste commencé à amener des personnes sans jambes », se souvient le coureur Tim Davey, qui a passé quelque temps dans une tente médicale transformée en salle de triage.

Le Québécois Billy Lapointe accompagnait deux marathoniennes québécoises, qui n'ont pas été blessées. « On vient de sentir le souffle de la dernière explosion, là », a raconté à RDI l'homme encore secoué.

Le président américain Barack Obama a aussitôt réagi, donnant l'ordre de prendre toutes les mesures nécessaires pour enquêter sur les événements et renforcer la sécurité. Le chef d'État a également téléphoné au maire de Boston, Tom Menino, ainsi qu'au gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, pour leur offrir l'assistance du gouvernement fédéral.

Des bombes ont explosé sur la rue Boylston menant au fil d'arrivée du marathon de Boston.

Un attentat potentiellement terroriste

Dans un point de presse lundi soir, l'agent du FBI, Richard DesLauriers, a confirmé que l'enquête à caractère « potentiellement terroriste » sur le double attentat était menée par le FBI. « Il n'y a pas de suspects, mais nous parlons à certaines personnes », a précisé pour sa part le chef de la police, Ed Davis.

Plus de 26 000 personnes participaient au marathon de Boston, le plus vieux du monde, le premier ayant eu lieu en 1897. Il est habituellement couru le troisième lundi d'avril, et ce lundi était férié dans l'État du Massachusetts, qui célébrait la Journée des patriotes.

Selon le registre du marathon de Boston, 2078 Canadiens - dont 355 coureurs québécois - étaient inscrits à l'événement.

La police a diffusé un numéro de téléphone à joindre pour les gens cherchant des proches à Boston : 617 635-4500

Pour les Canadiens cherchant à joindre des proches à Boston, le ministère des Affaires étrangères a fourni les coordonnées suivantes : 1 800 387-3124 ou à l'adresse sos@international.gc.ca

À LIRE AUSSI :

Réactions, notamment à Washington et à New York

Témoignages de la panique qui s'est emparée de Boston

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook