La crise malienne

Un chef d'Al-Qaïda tué au Mali

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Abou Zeid, à gauche Abou Zeid, à gauche  Photo :  AFP

Les troupes tchadiennes, qui appuient les troupes françaises dans l'opération Serval au Mali, ont tué l'un des principaux chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelhamid Abou Zeid. Il aurait été tué le 22 février dernier lors d'affrontements dans le massif des Ifoghas dans le nord du Mali.

Le président du Tchad, Idriss Déby Itno, a révélé l'information à des politiciens de l'opposition au Tchad, vendredi, au cours d'une cérémonie funèbre pour des soldats tombés au combat.

« Ce sont les forces tchadiennes qui ont tué deux chefs djihadistes, dont Abou Zeid. Nos soldats ont abattu deux chefs djihadistes dont Abou Zeid et ils ont libéré Tessalit » — Idriss Déby Itno

Des troupes tchadiennes participent à l'opération Serval dans le nord du Mali, où des groupes islamistes s'étaient emparés de plusieurs régions.

Les États-Unis ont qualifié de « très crédibles » des informations relatant la mort d'Abou Zeid au Mali. Des médias algériens avaient d'ailleurs relayé ces informations de « sources sécuritaires », jeudi. Ennahar TV annonçait notamment que Abou Zeid était mort avec 40 islamistes après de violents combats près de Tigharghar, bastion des islamistes les plus radicaux.

La porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré plus tôt vendredi que l'annonce de la mort d'Abdelhamid Abou Zeid, était « à prendre au conditionnel, en l'absence de confirmation officielle ».

« Nos forces sont engagées dans des opérations [...] extrêmement dures sur le terrain, [...] des combats sans merci. Tout compte, y compris l'information. » — La porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud-Belkacem

L'aviation française a effectué jeudi des frappes à quelques dizaines de kilomètres d'Aguelhoc, au nord de Kidal. Les soldats français et tchadiens, aidés par des auxiliaires locaux, ont également mené une offensive dans cette zone.

Cette information confirme que des membres de la rébellion touareg collaborent avec l'armée française dans la chasse aux islamistes.

Le groupe d'Abou Zeid détiendrait les quatre otages français enlevés à Arlit, au Niger.

D'origine algérienne, Abou Zeid est soupçonné d'avoir exécuté l'otage britannique Edwin Dyer en 2009 et le Français Michel Germaneau. C'est aussi le groupe d'Abou Zeid qui avait pris en otage le diplomate canadien Robert Fowler.

Opération sur une île

Les troupes maliennes ont lancé une opération jeudi sur île de Kadji située sur le fleuve Niger, près de Gao, où des islamistes se seraient réfugiés.

Des forces spéciales maliennes ont débarqué sur l'île tandis que des soldats français sont positionnés sur une des rives du fleuve en face de l'île.

Un journaliste de l'AFP a constaté une dizaine de véhicules militaires, remplis de soldats, se diriger vers Kadji.

La crise malienne

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook