Viol de trois fillettes en Inde : la grogne se poursuit

Radio-Canada avec Associated Press
Manifestation dénonçant le viol de la jeune fille à New Delhi (archives) Manifestation dénonçant le viol de la jeune fille à New Delhi (archives)  Photo :  AFP/RAVEENDRAN

Des villageois en colère de l'ouest de l'Inde menacent une bloquer une importante route pour protester contre la lenteur de la police dans une enquête sur une nouvelle histoire sordide de viol.

Les manifestants reprochent à la police de l'État de Maharashtra de faire preuve de peu de zèle pour retrouver les auteurs des viols et des meurtres de trois soeurs. Les corps des jeunes filles âgées de 6, 9 et 10 ans ont été retrouvés le 16 février dernier. Elles avaient disparu de leur école deux jours auparavant.

Selon la mère des victimes, les policiers n'ont pas traité le dossier avec sérieux jusqu'à ce que les villageois commencent à manifester leur mécontentement. Après un premier blocus, ils ont une nouvelle fois menacé de bloquer la route si les policiers ne font pas de rapides progrès dans leur enquête.

Le directeur de l'école des jeunes victimes a été suspendu, samedi, pour avoir omis d'informer la famille et les autorités lors de leur disparition.

Cet évènement survient deux mois après le viol collectif et le meurtre brutal d'une jeune étudiante dans un autobus de New Delhi. Les suspects ont été arrêtés, mais les Indiens sont massivement sortis dans les rues pour réclamer des mesures pour mieux assurer la sécurité des femmes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook