Oscar Pistorius libéré sous caution

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Oscar Pistorius au tribunal, vendredi Oscar Pistorius au tribunal, vendredi  Photo :  AFP/ALEXANDER JOE

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa conjointe, a été libéré sous caution vendredi matin par le tribunal, qui estime qu'il ne constitue pas un danger pour la société en attendant la suite de son procès.

D'après la cour, Oscar Pistorius n'afficherait pas non plus un risque élevé de fuite ou d'évasion à l'étranger pour échapper à la justice de son pays.

La décision de libérer Oscar Pistorius émane du juge Desmond Nair, qui entend le procès de l'athlète. Le magistrat a annoncé sa décision au terme d'un long exposé, où il a par ailleurs souligné des erreurs commises par les enquêteurs le soir du drame.

Le montant de la caution a été fixé à un million de rands, soit environ 115 000 $CA. L'athlète est également sommé par le tribunal de ne pas retourner à son domicile, de ne pas contacter les témoins et de rendre son passeport à la cour en attendant la suite du procès.

Le procès d'Oscar Pistorius reprendra le 4 juin prochain.

Le célèbre coureur paralympique amputé des deux jambes est accusé du meurtre prémédité de sa compagne, le mannequin Reeva Steenkamp, dans la nuit du 14 au 15 février dernier. Selon la thèse de la poursuite, Oscar Pistorius aurait abattu sa conjointe de sang-froid en pleine nuit en tirant au pistolet à travers la porte de la salle de bain de son domicile, où s'était enfermée Mme Steenkamp.

La défense plaide quant à elle qu'Oscar Pistoritus a abattu sa conjointe accidentellement, car il croyait être l'objet d'une invasion de domicile lorsqu'il a ouvert le feu à travers la porte.

« Parce qu'il a agi au-delà de ce qu'une personne raisonnable aurait fait, il risque d'être condamné pour homicide volontaire », a déploré l'avocat de la défense, Barry Roux, devant le tribunal d'instance de Pretoria.

Le procureur Gerrie Nel a estimé pour sa part qu'il est à peu près impossible qu'Oscar Pistorius n'écope pas d'une lourde peine d'emprisonnement dans cette affaire.

L'enquêteur principal remplacé

Mais la défense a réussi jusqu'ici à discréditer l'enquête du ministère public. La police nationale sud-africaine a d'ailleurs pris la décision de remplacer l'enquêteur responsable de l'affaire Pistorius, jeudi, parce qu'il fait lui-même face à des accusations de tentatives de meurtre à la suite d'une fusillade survenue en 2011.

L'ancien responsable de l'enquête dans cette affaire, Hilton Botha, fait face à sept accusations de tentatives de meurtre. Le policier et deux de ses collègues auraient ouvert le feu sur un minibus transportant sept personnes en octobre 2011, après que le chauffeur du véhicule eut refusé de s'arrêter. Selon des médias sud-africains, Botha était ivre lors de l'incident.

Oscar Pistorius, qui est amputé des deux jambes sous les genoux depuis l'enfance, a représenté son pays lors des derniers Jeux olympiques d'été, à Londres. Il s'est illustré en devenant le premier athlète handicapé à participer à la fois aux Olympiques et aux Paralympiques.

L'athlète de 26 ans court à l'aide de deux prothèses de carbone, qui lui ont valu le surnom de « Blade Runner ». Il est champion paralympique en titre du 400 m et son histoire a inspiré de nombreux jeunes en Afrique du Sud, mais également dans le monde entier.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook