Deux exécutions aux États-Unis

Radio-Canada avec Agence France-Presse, Associated Press et Reuters
Une chambre d'exécution par injection létale du pénitencier de Terre Haute, dans l'Indiana (archives) Une chambre d'exécution par injection létale du pénitencier de Terre Haute, dans l'Indiana (archives)  Photo :  AFP/Federal Bureau of Prisons

Des détenus ont été exécutés au Texas et en Georgie dans les dernières heures aux États-Unis, tandis qu'un État songe à abolir la peine de mort.

Carl Henry Blue, un homme de 48 ans détenu depuis 1994 pour le meurtre de son ex-conjointe, a été mis à mort par injection jeudi soir, à Huntsville, au Texas.

Peu avant minuit, un autre détenu a connu le même sort, cette fois en Georgie. Andrew Allan Cook avait été condamné à mort en 1995 pour le meurtre de deux étudiants. La Cour d'appel de la Georgie avait momentanément suspendu l'exécution, mercredi, parce qu'elle examinait un appel remettant en question la procédure d'exécution. L'appel a été rejeté jeudi. Cook était le premier détenu à être mis à mort en Georgie depuis l'instauration d'une nouvelle méthode d'exécution, l'été dernier.

Un autre détenu de Georgie a vu son exécution reportée in extremis, mardi. Ses avocats plaident que leur client souffre de déficience mentale.

Le Maryland s'interroge

Pendant ce temps, les élus du Maryland voteront dans les prochains jours sur un projet de loi qui mettrait un terme à la peine de mort dans le pays. Elle serait remplacée par une condamnation à la prison à vie sans possibilité de libération.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle initiative voit le jour. En 2009, le gouverneur de l'État, Martin O'Malley, avait déjà pris position contre la peine capitale et promis de l'abolir. Il voulait remettre l'argent qui aurait été utilisé pour payer les exécutions aux familles des victimes. Il avait présenté un projet de loi qui n'avait pas été retenu.

Le Maryland deviendrait le 18e État sur 50 à ne plus disposer de la peine capitale. Aucun détenu n'y a été exécuté depuis 2005, mais cinq détenus sont toujours dans le couloir de la mort.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook