Le monde arabe en mutation

Les partisans d'Ennahda manifestent à Tunis

Radio-Canada avec Agence France-Presse
Les partisans d'Ennahda manifestent pour la deuxième fois depuis l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd. Les partisans d'Ennahda manifestent pour la deuxième fois depuis l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd.  Photo :  AFP

Quelque 15 000 partisans de la formation politique islamiste Ennahda, au pouvoir, ont investi samedi le centre de Tunis pour défendre le droit de leur mouvement à diriger la Tunisie.

Les manifestants, qui se sont donné rendez-vous sur la principale artère de la capitale, ont brandi des slogans du parti islamiste, des drapeaux nationaux, ainsi que quelques bannières noires de la mouvance salafiste.

La foule était constituée d'islamistes, mais aussi de femmes non voilées, a constaté  Akli-Aït Abdallah, l'envoyé spécial de Radio-Canada à Tunis.

Le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, est lui-même descendu sur l'avenue Bouguiba pour s'adresser à la foule et mettre en garde contre la mise à l'écart du parti dans la formation d'un nouveau gouvernement. « Rassurez-vous, Ennahda se porte bien », a-t-il dit, avant d'ajouter que le parti « ne cédera jamais le pouvoir tant qu'il bénéficie de la confiance du peuple et de la légitimité des urnes ».

Selon Rached Ghannouchi, Ennahda fait l'objet depuis son arrivée au pouvoir, il y a un peu plus d'un an, d'une « série de complots » qui ont culminé avec la proposition d'un gouvernement de technocrates. Cela équivaut à « un coup d'État contre le gouvernement élu », a-t-il ajouté.

Le premier ministre Hamadi Jebali, issu de la même mouvance, tente depuis l'assassinat de l'opposant anti-islamiste Chokri Belaïd début février de former un gouvernement apolitique contre l'avis de son parti.

M. Jebali a annoncé vendredi de nouvelles consultations sur son initiative qui se tiendront lundi, reportant la composition du gouvernement, dont l'annonce était prévue samedi.

La Tunisie traverse une crise politique depuis la révolution de janvier 2011, qui a mené à chute du président Zine El Abidine Ben Ali.

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook