Jean-Claude Duvalier ne se présente pas devant la justice haïtienne

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Jean-Claude Duvalier

Un juge haïtien a dû reporter jeudi l'audience de l'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier. Ce dernier ne s'est pas présenté en cour.

Le tribunal de Port-au-Prince a accepté une requête des avocats de Jean-Claude Duvalier qui faisaient valoir que la comparution tombait le jour du 27e anniversaire de la chute de son régime, ce qui aurait pu se traduire par de l'agitation dans les rues si les accusations contre lui étaient abandonnées.

Lors de son retour en Haïti après 25 ans d'exil en France, en 2011, les autorités haïtiennes ont ouvert une enquête sur les allégations de violation des droits de la personne et d'autres crimes associés à son règne de 15 ans. Une trentaine de personnes ont porté plainte contre Jean-Claude Duvalier pour les années qu'elles ont passées à la prison de Fort-Dimanche, où le régime emprisonnait ses opposants politiques, dont plusieurs ont été torturés et assassinés. Un juge a toutefois recommandé, en janvier 2012, que Jean-Claude Duvalier soit plutôt accusé de détournement de fonds publics, puisqu'il y avait prescription pour les autres crimes.

Les plaignants, appuyés par des organisations internationales, exhortent toutefois la justice haïtienne de ne pas abandonner les poursuites.

Aujourd'hui âgé de 61 ans, Jean-Claude Duvalier a été chassé du pouvoir en 1986 par une révolte populaire. Il est rentré à Haïti en janvier 2011 après 25 ans d'exil en France. Il a déclaré être rentré au pays « pour aider » à la suite du tremblement de terre qui avait dévasté le pays un an plus tôt.

Une dictature impitoyable

En 2007, Jean-Claude Duvalier est intervenu sur les ondes haïtiennes pour demander pardon au peuple haïtien pour les erreurs commises pendant son règne qui s'est amorcé en 1971, à la mort de son père, le dictateur François Duvalier, surnommé « Papa Doc ».

Le président sortant René Préval avait assuré à l'époque que Jean-Claude Duvalier, accusé de détournements de fonds pendant l'exercice de son pouvoir, n'échapperait pas à la justice.

Les fonds que l'on présume avoir été détournés par Jean-Claude Duvalier sous le couvert d'oeuvres sociales sont estimés à environ 100 millions de dollars.

La dictature de « Bébé Doc » a été marquée par la répression politique et un régime de terreur mené d'une main de fer par une police secrète dont les membres étaient surnommés « tontons macoutes ».

Chassé du pouvoir par son peuple, Jean-Claude Duvalier a fui le pays le 7 février 1986 à bord d'un vol de l'US Air Force. Il n'était jamais rentré à Haïti jusqu'à son retour en 2011.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook