Proche-Orient : Hamas et Fatah se rapprochent

Le chef du Hamas Khaled Mechaal (à gauche) avec le président palestinien, Mahmoud Abbas Le chef du Hamas Khaled Mechaal (à gauche) avec le président palestinien, Mahmoud Abbas  Photo :  PC/Bureau du Hamas

Le chef du Hamas, Khaled Mechaal, a affirmé à la BBC qu'il était en négociations avec le président palestinien Mahmoud Abbas pour former un gouvernement d'unité nationale.

M. Mechaal précise aussi que ces discussions concernent l'organisation des prochaines élections présidentielles et parlementaires, qui devraient se tenir cette année, après plusieurs reports depuis juin 2010.

Le Hamas contrôle Gaza et le Fatah du président Abbas règne sur la Cisjordanie. En mai 2011, les deux partis ont conclu un pacte de réconciliation, mais il n'est jamais entré en vigueur. Une relation plus conciliante entre le Fatah et le Hamas est toutefois de mise depuis plusieurs mois, ce qui laisse entrevoir un accord possible pour l'organisation des prochaines élections.

Concernant la Syrie, un allié de longue date du Hamas, Khaled Mechaal affirme que son mouvement ne soutient pas la façon dont le président syrien Bachar Al-Assad gère le conflit, ajoutant que le président Assad soutenait toujours le Hamas.

« Les massacres en Syrie nous peinent beaucoup, [...] et nous avons également des divergences de vue avec l'Iran sur sa gestion de la crise syrienne », a dit le chef du Hamas, qui a remporté les dernières élections parlementaires, en 2006.

L'Union européenne, les États-Unis et Israël soutiennent que le Hamas est une organisation terroriste, car elle refuse toujours de renoncer officiellement à la violence. Ses alliés parlent plutôt d'un mouvement légitime qui a remporté démocratiquement un scrutin.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook