La crise malienne

Mali : la France veut une force de l'ONU en avril

Une patrouille française à Gao Une patrouille française à Gao  Photo :  AFP/SIA KAMBOU

Près d'un mois après son intervention militaire au Mali, la France souhaite que l'ONU déploie une force de maintien de la paix en avril.

« Ça ne veut pas dire du tout que nous allons quitter le Mali, mais nous pourrons diminuer le nombre de nos troupes et nous concentrer en particulier sur la recherche des terroristes », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

La veille, M. Fabius avait indiqué que les troupes françaises allaient être réduites « si tout se passe comme prévu » en mars.

Par ailleurs, le président français François Hollande et le vice-président américain Joe Biden se sont mis d'accord lundi pour que la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) soit « aussi rapidement que possible placée sous l'autorité de l'ONU ».

La crise malienne

Accrochages près de Gao

Après avoir annoncé mercredi que « des centaines » de djihadistes avaient été tués lors des opérations de l'armée française, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a affirmé jeudi que des accrochages ont eu lieu entre les forces franco-maliennes et des groupes djihadistes armés dans la région de Gao.

« Il y a eu des [tirs de] lance-roquettes de groupes djihadistes dans la région de Gao », a-t-il dit. La ville de Gao a été reprise après d'intenses bombardements le 26 janvier.

Selon lui, il s'agit de « groupes djihadistes résiduels » qui se battent autour des villes reprises par les forces franco-maliennes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook