L'est de la Chine suffoque

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Le China World Trade Center, à Pékin, lors d'une journée de smog Le China World Trade Center, à Pékin, lors d'une journée de smog  Photo :  Catherine Mercier

Un deuxième épisode de smog intense en deux semaines dans l'est de la Chine force les autorités à annuler des vols et à fermer temporairement des usines.

L'intensité du smog rend la visibilité si mauvaise qu'on n'y voit pas à plus de 100 mètres dans certaines régions de l'Est chinois. La mauvaise visibilité a forcé les autorités chinoises à annuler plus d'une centaine de vols à Zhengzhou, 33 à Pékin, 20 à Qingdao et 13 à Jinan.

Les annulations de vols surviennent à quelques jours du Nouvel An lunaire, le 10 février, l'une des périodes les plus achalandées dans les aéroports chinois.

Les autorités municipales de la Ville de Pékin ont également ordonné à 103 usines parmi les plus polluantes de suspendre leurs activités temporairement. Les agences gouvernementales ont également réduit du tiers leur utilisation de l'automobile. Ces mesures d'urgence en matière de pollution sont en vigueur jusqu'à jeudi.

Dans le but de lutter contre la pollution de l'air, le maire de Pékin, Wang Anshun, a l'intention de retirer 180 000 des plus vieux véhicules encore en circulation.

L'ambassade américaine en Chine rapporte une concentration de particules polluantes dans l'air 20 fois plus élevée que la norme établie par l'Organisation mondiale de la Santé. Ces particules, appelées PM2,5, mesurent 2,5 micromètres, soit un trentième de l'épaisseur moyenne d'un cheveu humain.

Ces petites particules polluantes peuvent s'infiltrer profondément dans les poumons et causer des problèmes respiratoires, voire, après une exposition prolongée, le cancer des poumons. Le nombre de patients souffrant de problèmes respiratoires est d'ailleurs en hausse de 30 % depuis un mois dans un hôpital du centre-ville de Pékin.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook