La crise malienne

Le Burkina Faso exhorte Ottawa à déployer des troupes au Mali

Le reportage de Sophie Langlois

Exclusif - Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, le président du Burkina Faso, Blaise Campaoré, demande à Ottawa de s'impliquer davantage dans la lutte pour libérer le Mali des groupes islamistes armés.

Selon le président burkinabé, qui s'est entretenu avec notre correspondante en Afrique Sophie Langlois, en dépit des progrès rapides réalisés par les forces franco-maliennes ces dernières semaines dans le nord du Mali, il faudra encore des mois et beaucoup de ressources pour sécuriser le pays.

C'est pourquoi il lance un appel au gouvernement canadien à qui il demande de s'impliquer davantage dans les efforts militaires internationaux entrepris pour libérer le nord du Mali.

Selon Blaise Campaoré, le Canada doit déployer des troupes au Mali pour contribuer aux efforts internationaux pour déloger les groupes islamistes armés et les rebelles touaregs qui sévissent au Mali.

Le Canada, qui a été relativement épargné par la crise financière mondiale, rappelle M. Campaoré, pourrait faire davantage que de promettre de financer les prochaines élections démocratiques au Mali.

La crise malienne

Pour le président burkinabé, avant de planifier le retour de la démocratie au Mali, il faut en chasser les groupes armés islamistes et leurs assises, ce qui nécessitera du temps et beaucoup de soldats, a rappelé le chef de l'État burkinabé.

Malgré la situation difficile au Mali, le président affirme croire encore à des pourparlers de paix avec les groupes islamistes et les rebelles touaregs qui ont régné sur le nord du Mali pendant un an.

Selon lui, il faudra tôt ou tard se rasseoir avec les islamistes et les rebelles touareg pour trouver une issue pacifique à ce conflit.

Suivez sur Twitter la journaliste Sophie Langlois qui couvre la crise malienne

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook