Un avion transportant trois Canadiens est disparu en Antarctique

carte Antarctique

Des recherches sont en cours afin de retrouver un avion transportant trois Canadiens en Antarctique. L'appareil disparu effectuait la liaison entre le pôle Sud et la base italienne de Terra Nova Bay.

Les trois personnes recherchées sont en fait le pilote, qui est originaire d'Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, le copilote et l'ingénieur de vol de l'avion, selon la CBC. Le Centre de coordination des secours de Nouvelle-Zélande coordonne les recherches depuis que le système de localisation d'urgence a été activé, mardi soir.

« La procédure en Antarctique, c'est de toujours voyager avec des vêtements de survie et des vivres », a expliqué le porte-parole du centre de coordination, Steve Rendle. Il estime que les trois Canadiens sont équipés afin de pouvoir attendre l'arrivée des secours.

La balise émet un signal depuis le nord du Queen Alexandra Range, en Antarctique. La région se trouve sur le territoire de recherche de la Nouvelle-Zélande. « On peut dire que le fait que la balise fonctionne de façon continue, c'est un signe positif », a expliqué M. Rendle.

L'appareil, un Twin Otter muni de skis, est la propriété de la compagnie albertaine Kenn Borek Air, basée à Calgary. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a été informé de l'incident.

Un avion Twin Otto similaire à celui qui a disparu près de la base de la baie Terra Nova.

Le Centre de coordination des secours de Trenton en Ontario collabore avec les autorités néo-zélandaises responsables des recherches sur le terrain.

Le capitaine Jean Houde a indiqué que la balise fonctionne encore et qu'elle a été repérée sur la route prévue du vol.

Les autorités néo-zélandaises ont demandé le soutien des autorités américaines de la base de McMurdo. Ces derniers ont envoyé un appareil C-130 de la garde côtière, mais les recherches n'ont toutefois pas permis de localiser l'avion dans cette région montagneuse.

Les autorités enverront un autre avion afin d'établir un camp de base pour les recherches. Le camp sera situé à une cinquantaine de kilomètres du lieu d'où émet la balise d'urgence.

Une équipe formée de Néo-Zélandais et d'Américains tenteront d'atteindre le site par hélicoptère quand les conditions météorologiques le permettront. Une épaisse couche de nuages et de forts vents minent les recherches.

Le cardiologue Michel White revient d'une expédition dans l'Antarctique

Le cardiologue montréalais Michel White est revenu le 20 janvier dernier d'une expédition en Antarctique. Il a voyagé sur les avions de la Kenn Borek et n'a que de bons mots pour la compagnie. « Ils ont deux Twin Otter et un DC3, des appareils bien entretenus. Ils sont pilotés par des Canadiens qui sont d'excellents pilotes qui ne prennent pas de risque inutile. C'est pour cela que je suis surpris d'apprendre la nouvelle », a-t-il dit.

Le cardiologue, qui a aussi parcouru le pôle Nord, a souligné que les conditions météorologiques sont difficiles sur le continent antarctique, si grand « qu'il peut contenir plusieurs fois les États-Unis ». Interrogé sur l'un de ses vols antarctiques tumultueux, il a ajouté : « J'avais hâte que l'avion atterrisse. » Les conditions de vol sont particulièrement difficiles lorsqu'il y a des nuages, il devient alors difficile pour les pilotes de distinguer le ciel du sol.

info en continu

Facebook