Le Canada envisage d'accroître son aide aux troupes françaises au Mali

Harper répond aux journalistes

Le Canada envisage d'élargir son soutien à la mission au Mali, mais écarte toujours une aide militaire directe, a déclaré mercredi le premier ministre Stephen Harper.

Il aimerait voir un consensus au pays avant d'étendre la participation du Canada, a-t-il indiqué alors qu'il se trouvait à Cambridge, en Ontario, pour une annonce dans le secteur automobile.

Des groupes islamistes liés à Al-Qaïda ont pris le contrôle du nord du pays et fait des avancées vers le sud. Selon les Nations unies, des dizaines de milliers de civils ont fui les zones de combat.

La France mène notamment des frappes aériennes contre les rebelles armés et tente de freiner leur progression.

Pour l'instant, le Canada a envoyé un avion-cargo pour aider les troupes françaises. Le C-17 canadien sert à transporter de l'équipement lourd. Il a été envoyé pour une semaine : un engagement limité dans le temps, a rappelé M. Harper lors du point de presse.

L'énorme avion a toutefois été libéré de ses fonctions ordinaires pour les trois prochains mois, ce qui constituait déjà un indice que le gouvernement conservateur considère prolonger son engagement.

L'intervention militaire au Mali est vue par M. Harper comme une importante mission antiterroriste.

Le premier ministre dit être en consultation avec ses collègues et avec les partis d'opposition pour voir si, et comment, l'aide canadienne pourrait être accrue. Il a répété qu'il n'était pas question d'envoyer des troupes au Mali, ce qui reflète, selon lui, la volonté du peuple canadien.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a déjà fait savoir qu'il voulait un débat au Parlement au sujet de la contribution canadienne au Mali.

Fin décembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté la résolution 2085, qui demande aux États membres de fournir une assistance aux Forces de défense maliennes, pour contrer la menace des organisations terroristes.


info en continu

Facebook