Le prince Harry admet avoir tué des talibans en Afghanistan

Entrevue avec le journaliste Éric Albert

Le capitaine Wales est de retour au Royaume-Uni pour redevenir le prince Harry. Le ministère britannique de la Défense a en effet révélé lundi que le jeune homme de 28 ans revenait d'un déploiement de cinq mois en Afghanistan, où il a été pilote d'un hélicoptère Apache au sein de l'armée de l'air. Le ministère n'a pas immédiatement dévoilé les tâches précises accomplies lors de cette mission.

Lors d'entrevues réalisées en Afghanistan, la troisième personne dans l'ordre de succession pour le trône britannique a dit s'être ennuyé, avoir ressenti de la frustration, en plus d'avoir éprouvé de la satisfaction lors d'un déploiement au cours duquel il a fait feu sur des combattants talibans lors de missions d'appui aux troupes au sol.

Le prince Harry a d'ailleurs admis avoir tué des combattants lorsqu'il se trouvait dans son cockpit. Il a également dit avoir éprouvé des difficultés à partager sa vie entre son travail comme soldat et son rôle royal, tout en disant avoir été rassuré d'avoir pu être une « personne comme une autre ».

Basé à Camp Bastion, une importante base britannique dans le désert du sud de l'Afghanistan, le prince Harry a participé à plusieurs missions en tant que copilote et tireur, lançant parfois des roquettes et des missiles contre des combattants talibans.

Le deuxième déploiement du prince en Afghanistan s'est mieux déroulé que le premier, en 2007-2008, qui avait dû être écourté après 10 semaines, lorsqu'un magazine et des sites Internet ont publié des détails sur ses missions. Les médias britanniques avaient accepté de ne rien publier sur le sujet pour des raisons de sécurité.

Cette fois, les médias avaient droit à un accès limité au descendant de la famille royale, en échange de la promesse de ne pas dévoiler de détails opérationnels.

Associated Press

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook