Canadiens parmi les terroristes d'In Amenas : Ottawa sceptique

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Des pompiers algériens portent un cercueil sur le complexe gazier d'In Amenas.

Le gouvernement du Canada entend procéder à des vérifications plus poussées afin de valider l'identité de deux terroristes d'In Amenas présentés lundi comme étant des Canadiens par le gouvernement algérien.

Lundi, le premier ministre Abdelmalek Sellal a déclaré en conférence de presse que deux des ravisseurs qui ont participé à la sanglante prise d'otages sur le site gazier d'In Amenas étaient canadiens. L'un d'eux aurait coordonné l'attaque menée en représailles à l'intervention française au Mali contre les islamistes armés.

Selon le gouvernement canadien, il est possible que les deux hommes aient été munis de faux passeports. C'est pourquoi Ottawa désire obtenir plus d'informations sur les deux hommes et inspecter les documents retrouvés sur eux avant de confirmer ou d'infirmer leur identité.

Dans une entrevue accordée au réseau de télévision CTV, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a expliqué que son gouvernement ne confirmait pour l'instant aucune information concernant l'identité de ces deux hommes.

« Nous ne pouvons confirmer l'exactitude de ces renseignements. Mais le personnel de notre ambassade à Alger et notre équipe à Ottawa travaillent pour tenter de vérifier ces informations et obtenir les noms de ces Canadiens allégués. Nous ne pouvons rien confirmer pour le moment. » — John Baird, ministre des Affaires étrangères et du Commerce international

Peu de collaboration du gouvernement algérien

Selon La Presse Canadienne, le gouvernement canadien serait « frustré » par le manque de renseignements en provenance du gouvernement algérien dans cette affaire.

Le gouvernement de Stephen Harper déplorerait également le fait que le premier ministre algérien ait annoncé publiquement à la télévision que deux ressortissants canadiens faisaient partie des terroristes, sans en détenir de preuve formelle. 

 L'ambassadeur d'Algérie à Ottawa a été convoqué pour plus de précisions.

De faux passeports jusqu'à preuve du contraire

« Pour ce que nous en savons, c'est un faux passeport. Jusqu'à ce que nous puissions les voir, nous ne serons pas en mesure de le savoir », a déclaré une source fédérale haut placée à La Presse Canadienne.

Selon cette source, Ottawa veut la preuve que ces deux hommes étaient canadiens en croisant les informations de leur passeport avec celles des dossiers officiels du gouvernement.

Une possibilité à envisager

Cependant, il ne peut être exclu que des Canadiens aient pris part à la préparation et l'exécution de cette attaque orchestrée par une cellule du réseau Al-Qaïda en Afrique du Nord.

Pour Ray Boisvert, ancien directeur adjoint au Service canadien du renseignement de sécurité du Canada, qui a accordé une entrevue à RDI, la présence de Canadiens dans ce genre d'évènement ne serait pas non plus surprenante. « Tout récemment, le Service a déclaré publiquement qu'il y avait peut-être une cinquantaine de Canadiens et de Canadiennes qui sont à l'étranger ou qui ont essayé de quitter le Canada pour s'engager dans des actes violents suivant des intérêts politiques ou religieux un peu partout dans le monde », a expliqué M. Boisvert.

Les deux terroristes présentés lundi comme des Canadiens par Alger, ont pris part mercredi dernier à un assaut lancé par une trentaine de combattants islamistes contre le complexe gazier d'In Amenas, dans le sud de l'Algérie.

Plusieurs dizaines d'otages ont été capturés sur place par les terroristes, dont de nombreux travailleurs étrangers.

Au moins 81 personnes, dont 38 otages ont perdu la vie lors de l'opération lancée par l'armée algérienne pour reprendre le contrôle des lieux et mettre fin à la prise d'otages.

Qui sont les preneurs d'otages?

La prise d'otages a été orchestrée en représailles à l'opération en cours au Mali, où des troupes françaises, maliennes et ouest-africaines tentent de repousser des rebelles islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays. L'Algérie a autorisé les avions de chasse français à survoler son territoire pour se rendre au Mali.

La brigade des Moulathamine de Mokhtar Belmokhtar, l'un des chefs historiques et fondateur d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), affirme avoir mené cette prise d'otages. L'organisation menace de mener de nouvelles attaques contre les pays qui soutiennent l'intervention militaire française au Mali.
Carte de l'Algérie

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook