La crise malienne

Mali : l'ambassadeur français aimerait un soutien financier du Canada à la mission

Radio-Canada avec La Presse Canadienne
Philippe Zeller, ambassadeur français au Canada Philippe Zeller, ambassadeur français au Canada

L'ambassadeur français à Ottawa souhaiterait que le Canada offre un soutien financier à la force internationale déployée au Mali.

La France est reconnaissante de la contribution canadienne à la mission militaire, qui a pris la forme d'un avion de transport, mais une contribution financière serait également appréciée, a indiqué Philippe Zeller à Ottawa, mercredi.

Il estime toutefois que le Canada n'a pas à déployer des militaires sur le terrain au Mali.

M. Zeller, ainsi que l'ambassadrice du Mali, Traoré Ami Diallo, et l'émissaire de la Côte-d'Ivoire, N'Goran Kouamé, ont rencontré mercredi le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, pour discuter de stratégie à propos de cette crise.

M. Zeller a déclaré que la résolution des Nations unies sur le Mali, adoptée le mois dernier, entrouvre la porte pour que le Canada et d'autres pays soutiennent financièrement la mission internationale formée de militaires africains et français.

« Nous avons dans les jours qui viennent des étapes importantes, dont la mise en oeuvre de la résolution 2085, la manière dont les États membres concernés vont participer au financement de la mission, ainsi que l'aide à apporter au Mali », a-t-il déclaré à la suite de la rencontre à Ottawa.

M. Zeller estime cependant qu'il est faux d'affirmer que la France est laissée seule par ses alliés occidentaux pour accomplir la plus grande partie du travail.

L'ambassadeur français a par ailleurs laissé entendre que l'utilisation de l'avion-cargo CC-177 prêté par le Canada pourrait s'avérer un peu plus longue que l'engagement prévu d'une semaine.

« La contribution canadienne est déjà tout à fait substantielle. C'est réaliste de penser que si elle peut être prolongée, ce sera de la plus grande aide pour l'intervention française », a-t-il dit à la suite de la rencontre.

Il a émis cette suggestion mercredi, tout juste après que le président français François Hollande eut discuté par téléphone avec le premier ministre Stephen Harper.

Dans un communiqué concernant la conférence téléphonique, le bureau de M. Harper n'a cependant pas fait mention du possible prolongement de la mission de l'avion CC-177.

Suivez sur Twitter la journaliste Sophie Langlois qui couvre la crise malienne :


Imbroglio autour d'un tweet

Selon l'envoyée spéciale de Radio-Canada au Mali, Sophie Langlois, une certaine controverse entoure les relations entre Ottawa et Bamako au sujet du soutien qu'a offert le Canada à la mission militaire française pour déloger les rebelles islamistes du nord du pays.

Le malaise proviendrait du fait que la présidence malienne a fait savoir dimanche, sur le réseau Twitter, que le Canada allait offrir une aide logistique aux Français, soit 24 heures avant qu'Ottawa ne fasse l'annonce officielle de l'envoi d'un avion militaire de transport sur le lieu des opérations, au Mali.

Selon Sophie Langlois, le ministre Baird a demandé mardi à l'ambassadeur du Canada au Mali d'exercer de nouvelles pressions sur les autorités civiles et militaires maliennes pour leur rappeler leur promesse de s'engager sur la voie d'un retour à la démocratie dans le pays. D'après les informations obtenues par l'envoyée spéciale de Radio-Canada, la diplomatie canadienne aurait aussi profité de l'occasion pour rappeler à Bamako de ne plus annoncer ses missions militaires avant qu'elle ne le fasse elle-même.

Pendant ce temps, l'avion des Forces canadiennes demeure au sol dans un aéroport militaire du sud de la France, en attendant d'être déployé au Mali.

Le pays africain est toujours dirigé par une junte militaire qui a pris le pouvoir en mars 2012 en chassant le président Amadou Toumani Touré à la pointe du fusil et en dissolvant l'Assemblée nationale malienne. Ce coup d'État est survenu après que la rébellion touarègue eut mis les forces armées maliennes en déroute dans le nord du pays avec l'aide de mouvements islamistes armés.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook