Reconstruction en Haïti : Laurent Lamothe mise sur le tourisme

Le défi du tourisme en Haïti

Exclusif - Le gouvernement haïtien mise sur le développement de l'industrie touristique pour relancer l'économie du pays mise à mal par une série de catastrophes naturelles. Dans une entrevue exclusive accordée à Radio-Canada, le premier ministre du pays, Laurent Lamothe, estime qu'il est maintenant temps pour Haïti « de montrer au monde ses richesses ».

« Haïti a besoin de montrer ses richesses, parce que pendant trop longtemps on parlait des problèmes et des zones à risques. Il est temps de montrer nos super-plages, nos superbes îles, ce qu'on a de beau! » — Laurent Lamothe, premier ministre d'Haïti

Il faut dire que, depuis trois ans, Haïti peine à se remettre sur pied après le tremblement de terre dévastateur qui a détruit, en janvier 2010, une partie importante des infrastructures et laissé des milliers de personnes sans logis.

Selon M. Lamothe, le gouvernement haïtien, qui vit essentiellement d'aide humanitaire et étrangère, a résolu de miser sur le tourisme international pour stimuler l'investissement privé et remettre l'économie nationale sur les rails.

« L'aide humanitaire est ponctuelle. Il faut faire une transition graduelle de l'aide humanitaire à l'aide au développement, en passant par l'investissement privé. Parce que c'est l'investissement privé […] qui pourra amener les touristes, les garder et faire la promotion. » — 

« Une destination sécuritaire », assure Laurent Lamothe

En ce qui a trait à la sécurité dans les villes d'Haïti, qui est une condition essentielle au retour des touristes dans le pays, Laurent Lamothe assure que son pays est sécuritaire.

« Haïti, selon les statistiques, est l'une des destinations les plus sûres avec un taux de criminalité de 6,9 % pour 100 000 habitants. Ce qui est bien plus bas que dans la plupart des pays de la région », assure le premier ministre haïtien. Il reconnaît cependant qu'il y a malgré tout des secteurs à éviter, « comme dans toutes les capitales du monde », a précisé M. Lamothe.

Le gouvernement de Laurent Lamothe compte à ce chapitre doter le pays d'une « police touristique » au cours des six prochains mois afin d'améliorer encore la sécurité des touristes.

Des projets se réalisent

Une Haïtienne expose les produits de son pays dans une foire de tourisme tenue à Santo Domingo, en juin 2012.

Rappelant que plusieurs nouveaux grands hôtels ont été inaugurés dans le pays au cours des dernières semaines, Laurent Lamothe a également souligné l'accord signé par son gouvernement avec le transporteur Air Transat qui desservira Haïti à partir du 23 janvier prochain.

« Comme premier ministre, j'invite tous les Canadiens et les Québécois à venir voir Haïti. On parle beaucoup d'Haïti à travers le monde et j'invite tout le monde à faire l'expérience haïtienne », a conclu le premier ministre haïtien.

Ces efforts du gouvernement haïtien pour relancer l'industrie touristique dans le pays sont mis en lumière peu de temps après que le gouvernement canadien eut annoncé qu'il ne financerait plus de nouveaux projets en Haïti.

Selon le ministre fédéral de la Coopération internationale, Julian Fantino, il est temps pour Ottawa de revoir son approche de l'aide internationale afin de permettre aux Haïtiens « de se prendre en main ».

Une décision qui a soulevé la colère de l'opposition, qui accuse le gouvernement conservateur de ne pas comprendre le dossier haïtien.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook