Tuerie d'Aurora : James Holmes apte à être jugé

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
James Holmes, responsable du carnage d'Aurora le 20 juillet dernier aux États-Unis / Illustration Bill Robles PC James Holmes, responsable du carnage d'Aurora le 20 juillet dernier aux États-Unis / Illustration Bill Robles PC  Photo :  Bill Robles

Le présumé auteur de la tuerie d'Aurora, au Colorado, qui a fait 12 morts en juillet dernier dans une salle de cinéma, subira un procès.

Un juge du Colarado a statué, jeudi, qu'il y avait suffisamment d'éléments de preuve pour citer à procès James Holmes.

L'ancien étudiant en sciences neurologiques de 25 ans a donc été jugé apte à subir un procès pour l'attentat du 20 juillet dans une salle de cinéma où le long métrage The Dark Knight rises, de la série de films Batman, était projeté.

Dans sa décision, le juge William Sylvester a expliqué que James Holmes a « l'état mental requis » pour être jugé et que les preuves qui pèsent contre lui sont suffisamment importantes.

Le suspect fait face à plus à 166 accusations, dont celle d'avoir tué 12 personnes et d'en avoir blessé 70 autres, a précisé le juge William Sylvester. Il a aussi ordonné que James Holmes reste détenu.

Holmes doit être formellement accusé vendredi, mais ses avocats ont déposé une requête visant à retarder la procédure en alléguant que l'accusé n'était pas prêt à entrer son plaidoyer. Ils devraient demander le report de la comparution.

Ses avocats souhaitent aussi empêcher les caméras d'avoir accès à la salle d'audience. Elles sont déjà interdites depuis sa première comparution, tout de suite après les évènements, en juillet.

Jeune homme troublé

Cette audience préliminaire, qui a duré trois jours, visait à déterminer si les preuves contre James Holmes sont assez fortes pour tenir un procès. Des policiers locaux et fédéraux ont témoigné que le suspect avait passé des semaines à concocter son plan en vue de la tuerie, amassant armes et munitions. Ils ont aussi décrit la scène d'horreur vécue dans la salle de cinéma, en pleine projection.

Plusieurs analystes croient que l'affaire se terminera sur une entente entre la poursuite et la défense. Depuis le début des procédures, les avocats de James Holmes l'ont généralement dépeint comme un jeune atteint de graves troubles mentaux. Ils n'ont pas encore annoncé si leur client plaidera non coupable en raison de troubles mentaux.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook