Les États-Unis champions des morts violentes

Aux États-Unis, avec Daniel Marien La possession d'armes à feu aux États-Unis expliquerait le nombre de morts violentes.

Le nombre de morts violentes aux États-Unis est plus élevé que dans tous les autres pays développés, en partie à cause de la possession répandue d'armes à feu et de l'habitude de les entreposer à la maison dans des lieux non verrouillés. C'est ce qu'affirme un rapport publié mercredi par deux grandes organisations américaines de recherche sur la santé.

La violence causée par les armes à feu est l'un des nombreux facteurs qui contribuent au fait que l'espérance de vie est moins longue aux États-Unis que dans les autres pays riches, mais ces données prennent un sens particulier après la fusillade dans une école primaire du Connecticut, qui a fait 26 morts en décembre.

Les États-Unis comptent environ 6 morts violentes par tranche de 100 000 habitants. Dans aucun des 16 autres pays figurant dans l'étude, la proportion n'est aussi élevée. La Finlande est le pays qui se rapproche le plus des États-Unis, avec un peu plus de 2 morts violentes pour 100 000 habitants.

Le Canada se classe au troisième rang, avec 1,6 pour 100 000 habitants.

Mourir plus jeune

Depuis des années, les Américains meurent plus jeunes que la plupart des citoyens des autres pays développés. En plus de la violence causée par les armes, ce pays est celui qui consomme le plus de calories parmi les pays évalués et où il y a le plus d'accidents impliquant de l'alcool. Les États-Unis ont aussi un taux élevé de morts liées aux drogues, de mortalité infantile et de sida.

Les résultats de l'étude montrent que l'espérance de vie des hommes américains est la plus basse parmi les 17 pays analysés pour l'étude. Les hommes américains vivent en moyenne 75,6 ans, les femmes, en moyenne 80,7 ans.

Parmi les pays analysés figurent le Canada, le Japon, l'Australie et la plupart des pays d'Europe de l'Ouest. L'étude a été réalisée par le National Research Council et l'Institute of Medicine.

Autant d'actes criminels, mais plus meurtriers

Selon les chercheurs, rien n'indique que les actes violents soient plus fréquents aux États-Unis qu'ailleurs. C'est le caractère létal de ces actes qui se démarque, soulignent-ils.

« Un des comportements qui expliquent probablement l'excès de létalité de la violence et des blessures involontaires aux États-Unis est la possession répandue d'armes à feu et l'habitude de les entreposer à la maison, souvent dans un endroit non verrouillé. Les statistiques sont alarmantes », affirme le rapport.

Les États-Unis comptent la plus grande proportion d'armes par habitant parmi les pays évalués, soit 89 appartenant à des civils par tranche de 100 habitants. De 35 à 50 % de toutes les armes possédées par des civils dans le monde se trouvent aux États-Unis, souligne le rapport.


Associated Press

Ailleurs sur le web Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook