Contrôle des armes à feu : le président Obama envisage de procéder par décret

Radio-Canada avec Associated Press
Le compte-rendu de notre correspondante à Washington, Joyce Napier

Le vice-président américain a déclaré que Barack Obama était « déterminé à agir » pour contrer la violence par arme à feu. Joe Biden a affirmé que le président américain songeait à procéder par décret présidentiel afin d'éviter la répétition d'attaques comme celle survenue dans une école primaire du Connecticut le mois dernier.

M. Biden a fait ces déclarations au début de son entretien, à la Maison-Blanche, avec des victimes des armes à feu et des avocats militant pour le contrôle des armes à feu. Cette rencontre est la première d'une série que M. Biden tiendra dans le cadre de son mandat consistant à formuler des suggestions au président Obama afin de légiférer pour lutter contre la violence des armes à feu.

Dans la foulée de la tuerie de Newtown au Connecticut, M. Obama a mandaté le vice-président Biden pour former un groupe de réflexion chargé de lui fournir des suggestions de politiques concrètes.

Des groupes conservateurs ont réagi au début des travaux du groupe de réflexion. Ils prévoient tenir une « Journée d'appréciation des armes à feu », qui pourrait coïncider avec l'assermentation du président américain Barack Obama.

Les groupes conservateurs veulent se faire entendre avant le dépôt des propositions de politiques réclamées par le président Barack Obama sur les armes à la suite de la tuerie de l'École primaire Sandy Hook, au Connecticut.

Le vice-président Biden rencontrera aussi des membres de la puissante National Rifle Association (NRA), une organisation qui milite pour le droit des Américains à posséder des armes. La solution avancée par la NRA après la tuerie du Connecticut était d'armer davantage de « bonnes personnes » et de poster un gardien de sécurité armé dans chacune des écoles du pays.

Les politiciens s'activent

Dans l'État de New York, l'État qui présente les lois les plus strictes sur le contrôle des armes à feu, le gouverneur Andrew Cuomo a proposé d'interdire toutes les armes d'assaut et les armes alimentées par des chargeurs à grande capacité.

Son voisin du New Jersey, le gouverneur républicain Chris Christie, soutient que les rédacteurs des lois devront également régler les problèmes du traitement des problèmes de santé mentale et l'amélioration de l'accès à la médication, en plus de s'attarder à l'impact des jeux vidéo.

L'ancienne membre du congrès Gabrielle Gifford, atteinte à la tête par un projectile d'arme à feu au cours d'une attaque dans un centre commercial, s'affaire à former un comité d'action politique afin de contrer le poids politique du lobby des armes.

La tuerie de Newtown au Connecticut, qui a coûté la vie à 20 enfants de 6 à 7 ans et de 6 adultes, a relancé la polémique autour du droit de posséder des armes à feu aux États-Unis. Mais la stupeur engendrée par la tuerie s'estompe, et les défenseurs du droit de posséder des armes ont repris le combat contre une éventuelle législation le restreignant.

« Notre plus gros problème à l'heure actuelle concerne les dépenses et la dette », a déclaré cette semaine le leader de la minorité au Sénat, Mitch McConnell.

De son côté, le président Obama veut ramener une interdiction des armes d'assaut de type militaire. Il espère présenter la prochaine étape de l'action de son administration dans sa lutte contre la violence des armes à feu peu de temps après son assermentation pour son deuxième mandat. Celle-ci est prévue pour le 21 janvier prochain.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook