L'Inde accuse le Pakistan d'avoir tué deux de ses soldats au Cachemire

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters
Des soldats indiens montent la garde devant la Ligne de contrôle au Cachemire à quelque 65 km de la ville indienne de Jammu.

Deux militaires indiens ont été tués du côté indien de la Ligne de contrôle (LoC) entre le Pakistan et l'Inde dans la zone disputée du Cachemire. Des sources militaires indiennes et des réseaux de télévision soutiennent qu'ils auraient été tués par des soldats de l'armée pakistanaise au cours d'un accrochage.

Le ministère indien de la Défense a condamné « un geste de provocation », ajoutant que « le gouvernement [indien] va évoquer cet incident avec le gouvernement pakistanais ».

« Il y a eu un échange de coups de feu et deux de nos soldats ont été tués, l'un a été blessé », a déclaré un porte-parole du commandement de l'armée indienne, Rajesh K. Kalia. « Nous avons perdu deux soldats et l'un d'eux a été gravement mutilé », a-t-il poursuivi. Les victimes sont les sergents Hemraj Singh et Sudhakar Singh.»

Une source militaire indienne et des informations émanant de la presse indienne avancent que le soldat mutilé pourrait avoir été décapité.

Les soldats indiens effectuaient une patrouille de routine près de Mendhar, à 220 km au nord de la ville indienne de Jammu, lorsqu'ils ont aperçu « des mouvements suspects à 500 mètres à l'intérieur de  notre territoire ». « Nos soldats ont sommé [les intrus] de se rendre, mais ont essuyé des coups de feu », a affirmé un porte-parole du commandement de l'armée indienne, Rajesh K. Kalia.

Indignée, l'Inde menace de répliquer

New Delhi répondra à l'« odieuse » mort de ses deux soldats. « Nous devons faire quelque chose et nous le ferons, mais cela doit être fait après un examen prudent de tous les détails en concertation avec le ministère de la Défense », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Salman Khurshid sur une chaîne de télévision indienne. « C'est absolument inacceptable, odieux et vraiment, vraiment terrible et extrêmement irréfléchi de leur part. »

« C'est inhumain [...], ce n'est pas de cette façon que les gens civilisés traitent entre eux », a ajouté le ministre Khurshid. « Cela ressemble à une claire tentative pour faire dérailler le dialogue [...]. Nous devons trouver des moyens pour que le dialogue ne soit pas saboté ou détruit. »

La LoC sépare le Cachemire en deux parties, l'une appartenant à l'Inde et l'autre au Pakistan. La zone est toutefois source de tension entre les deux pays. Dimanche, l'armée pakistanaise a affirmé qu'un de ses soldats avait été tué par des coups de feu indiens dans cette même région.

Le Cachemire, une région litigieuse

Les accrochages entre soldats indiens et pakistanais sont fréquents dans cette région, malgré un cessez-le-feu intervenu en 2003 entre les deux pays voisins qui détiennent tous deux l'arme nucléaire. L'incident constitue toutefois « une escalade importante [...] des violations du cessez-le-feu et des tentatives d'infiltration bénéficiant du soutien de l'armée pakistanaise », selon M Kalia.

L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux le Cachemire dont ils administrent chacun une partie. La situation est compliquée par la présence d'un mouvement séparatiste, depuis 1989, au Cachemire indien. Environ 47 000 personnes y ont été tuées.

L'Inde avait gelé le processus de paix avec le Pakistan à la suite des attentats de Bombay en 2008. Les pourparlers n'ont repris qu'en février 2011. La question du Cachemire demeure litigieuse, mais les deux pays ont réalisé des avancées sur le plan du commerce bilatéral.

La dernière mobilisation de troupes indiennes à la frontière pakistanaise remonte à 2001 quand 5 islamistes ont perpétré une attaque contre le parlement de New Delhi. 

En complément

  • international
    dossier -  Cachemire : le duel indo-pakistanais Convoité par ses puissants voisins, le Cachemire risque de sombrer dans un conflit généralisé : rappel des faits.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Info en continu Afficher le fil complet

Facebook