Le président de l'Union africaine reçu par Stephen Harper

Le président du Bénin, Thomas Boni Yayi, par ailleurs président de l'Union africaine

Le président de l'Union africaine (UA) est en visite à Ottawa. La rencontre entre Thomas Boni Yayi, qui est également président du Bénin, et le premier ministre Stephen Harper, aujourd'hui, pourrait comprendre une demande pour que les Forces canadiennes soient impliquées dans la mission internationale au Mali.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a appuyé, en décembre, la proposition d'envoi, dans ce pays, d'une force de 3300 soldats sous commandement africain.

La résolution onusienne appelle également à une aide internationale plus large.

Un coup d'État survenu l'an dernier a créé un vide sécuritaire au Mali, ce qui a permis à des groupes armés liés à Al-Qaïda de se soulever dans le nord du pays.

Le ministre canadien de la Défense, Peter MacKay, a déclaré la semaine dernière que le Canada pourrait envoyer des troupes pour former les forces africaines.

En tant que président de l'Union africaine, M. Boni Yayi a joué un rôle important pour convaincre les Nations unies qu'une intervention internationale était nécessaire.

L'UA, ainsi qu'une coalition d'États ouest-africains, est désormais chargé de faire appliquer la résolution.

Le Mali, un pays sans accès à la mer situé près de l'Algérie et du Niger, est l'un des plus grands bénéficiaires de l'aide internationale canadienne.

« Le Bénin est un partenaire africain et démocratique qui continue de réaliser d'importants progrès en matière de réforme économique et institutionnelle, tout en favorisant la stabilité régionale. Je serai ravi de rencontrer le président Boni Yayi afin d'explorer des façons d'élargir nos relations commerciales et de contribuer davantage au développement du Bénin » — Le premier ministre Stephen Harper

Les forces spéciales canadiennes ont effectué plusieurs missions d'entraînement au Mali avant le coup d'État, et avant qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) ne prenne le pouvoir dans la majorité de la portion nord de ce pays pauvre.

Au cours de cette visite, les deux hommes discuteront de diverses approches qui permettraient aux deux pays de resserrer davantage leurs liens commerciaux et d'investissement, et d'augmenter la croissance économique en Afrique au moyen d'une gestion accrue des ressources naturelles du continent, précise le Bureau du premier ministre.


Associated Press

 

Facebook