République centrafricaine : un avertissement de l'Union africaine aux rebelles

Des membres de la guarde présidentielle en République centrafricaine Des membres de la guarde présidentielle en République centrafricaine  Photo :  AFP/ISSOUF SANOGO

Les rebelles qui poursuivent leur route vers la capitale de la République centrafricaine, Bangui, seront sanctionnés et leur pays sera exclu des activités de l'Union africaine (UA) s'ils prennent le pouvoir, a prévenu lundi une responsable de l'organisation régionale.

Toute tentative de prise de pouvoir par la force est condamnée par l'UA, et les auteurs de tels gestes s'exposent à des sanctions et à une isolation totale, a fait valoir Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de la Commission de l'UA.

Le président de la République centrafricaine, François Bozizé, a déclaré dimanche qu'il n'était pas opposé à l'idée de former un gouvernement de coalition avec les rebelles. Il a tenu ces propos lors d'une conférence de presse s'étant tenue après une rencontre avec Thomas Boni Yayi, le président du Bénin, qui est à la tête de l'UA.

Les rebelles accusent le président Bozizé d'avoir enlevé des personnes soupçonnées d'être sympathiques aux insurgés qui ont pris le contrôle de 10 villes dans le nord du pays au cours des trois dernières semaines.

La République centrafricaine, qui compte environ 4,4 millions d'habitants, a traversé des décennies de révoltes militaires, de coups d'État et de rébellions après avoir obtenu son indépendance dans les années 1960 et demeure l'un des pays les plus pauvres au monde en dépit de ses nombreuses richesses naturelles. Nkosazana Dlamini Zuma a exhorté les groupes armés centrafricains à mettre immédiatement fin à leur offensive militaire et à établir un dialogue dans l'objectif de trouver une solution durable à l'instabilité qui fragilise le pays.

Regroupés au sein d'une coalition appelée « Séléka », les rebelles ont signé un accord de paix avec le gouvernement en 2007, ce qui leur a permis d'être intégrés à l'armée régulière. Ils accusent aujourd'hui le gouvernement de ne pas avoir complètement appliqué l'accord.


Associated Press

 

En complément

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook