Au revoir 2012, bienvenue 2013!

Radio-Canada avec Agence France-Presse et Associated Press
Témoin de l'événement ? Envoyez-nous vos photos et vidéos.

Le récit de Luc Lapierre

De l'Océanie à l'Asie, en passant par l'Europe et l'Amérique, des millions de personnes ont pu assister à des célébrations en sons et lumière pour fêter le début de l'année 2013.

À Montréal, le grand décompte s'est déroulé cette année simultanément sur la place Jacques-Cartier et sur les quais du Vieux-Port, où la patinoire était ouverte exceptionnellement jusqu'à 2 h. Les organisateurs comptaient sur cette nouvelle programmation et sur le temps clément pour attirer la foule.

À Québec, la Grande Allée a été transformée en piste de danse animée par des DJ, alors que la scène du parc George-V était consacrée à la musique traditionnelle et au conte.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, des centaines de personnes ont assisté au grand spectacle qui a donné le coup d'envoi des festivités du 175e anniversaire de la région. De nombreux artistes ont participé au spectacle, dont Mario Pelchat, Marc-André Fortin, Voïvod, et un groupe hommage aux Colocs. Des acrobates ont aussi diverti les spectateurs.

Comme chaque année, un million de personnes se sont rassemblées à Times Square, à New York, pour assister à la traditionnelle descente d'une boule de cristal multicolore le long d'un pylône. Un spectacle a été animé par Taylor Swift, Carly Rae Jepsen et le Sud-Coréen Psy, dont la chanson Gangnam Style a été vue par un milliard d'internautes sur YouTube.

À Rio de Janeiro, un feu d'artifice de 16 minutes était visible depuis la plage de Copacabana. Mais à Caracas, le traditionnel concert de fin d'année a été annulé en raison de l'état de santé fragile du président Hugo Chavez, hospitalisé à La Havane, à Cuba.

En Europe, les festivités ont commencé en Russie, avec un feu d'artifice sur la place Rouge à Moscou. À Londres,  Big Ben a sonné les 12 coups de minuit et un feu d'artifice illuminait la grande roue sur les bords de la Tamise, sous le regard de 250 000 spectateurs.

À Paris, malgré le froid, le vent et la pluie et de nombreuses restrictions, ils étaient des milliers à affluer sur les Champs-Élysées pour célébrer l'arrivée de la nouvelle année. Les touristes regrettaient toutefois l'absence d'attractions, de musique ou d'animation, et surtout de feux d'artifice.

À Berlin, plus d'un million de personnes ont célébré le passage à la nouvelle année devant la Porte de Brandebourg, au son de la voix du chanteur du groupe britannique Pet Shop Boys Neil Tennant.

À Rome, en Italie, quelque 300 000 personnes ont assisté à un concert au centre-ville. En Campanie, dans le sud du pays, deux personnes ont été tuées par l'explosion de feux d'artifice et des dizaines d'autres ont été blessées.

Célébrations à Sydney Célébrations à Sydney  Photo :  AFP/Greg Wood

Ce sont les petites îles du Pacifique qui ont été les premières à entrer officiellement en 2013, comme les îles Cook, de la Nouvelle-Zélande, et les îles Samoa.

Les traditionnels feux d'artifice ont aussi illuminé le ciel de Sydney, en Australie, pour célébrer la nouvelle année. Des centaines de milliers de personnes ont assisté au spectacle pyrotechnique mis en musique par la chanteuse Kylie Minogue.

Pour la première fois, le Myanmar a fêté le Nouvel An avec un spectacle pyrotechnique à Rangoun, en présence de 50 000 personnes.

Aux Philippines, la fête a été plus modeste en raison du passage du typhon Bopha, qui a fait plus de 1000 morts en décembre sur l'île de Mindanao. Un garçon de quatre ans a été tué par arme à feu lors des festivités et 400 personnes ont été blessées par des pétards au cours du réveillon dans la capitale Manille.

Au Timor oriental, les festivités survenaient le jour où la force internationale de l'ONU se retirait officiellement du pays.

À Hong Kong, le budget alloué aux feux d'artifice atteignait 1,6 million de dollars américains. Selon les organisateurs, jamais la ville n'a vu un spectacle aussi impressionnant. 

En Inde, l'armée a annoncé l'annulation des festivités liées au Nouvel An en raison de l'onde de choc provoquée par le viol collectif d'une étudiante, qui a succombé à ses blessures.

Correspondants à l'étranger

Tous les correspondants

Facebook